missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°89 Breuklijnen

Décembre - December 2014
mercredi 24 décembre 2014 par J.V.
Pape François au Parlement européen

La voie privilégiée vers la paix – pour éviter que ce qui est arrivé durant les deux guerres mondiales du siècle dernier ne se répète–, c’est de reconnaître dans l’autre non un ennemi à combattre, mais un frère à accueillir. Il s’agit d’un processus continu, qu’on ne peut jamais considérer pleinement achevé. C’est justement l’intuition qu’ont eue les Pères fondateurs, qui ont compris que la paix était un bien à conquérir continuellement, et qu’elle exigeait une vigilance absolue.

  Strasbourg le 25 novembre 2014

 LES RELIGIONS POUR LA PAIX

Un témoignage de nos confrères d’ARCRE

Le jeudi 20 novembre, Augustin Arteche et moi-même, nous étions à l’Eglise du Béguinage de Bruxelles pour nous joindre à une veillée organisée par un nouveau collectif « For the voiceless » qui veut se faire le porte-parole ou l’avocat de tous ceux et celles qui sont massacrés au nom de la religion (l’Islam) dans plusieurs pays du monde, surtout le Proche Orient. Il y avait là des délégations de toutes les religions chrétiennes (protestantes comme catholiques, rite romain et rite chaldéen) religion musulmane, juive et Bahaï notamment. Il y avait également des représentants du « World Religion for Peace ». Ce fut une suite de témoignages, entrecoupés de chants chorales par un chœur Syrien ; témoignages pour la paix et l’harmonie entre les religions et le refus de toute violence. Et tout s’est terminé par l’hymne à la joie « by candlelight »

Le Samedi 22 novembre, j’ai pu être présent à un autre rassemblement. Il s’agissait d’un Colloque international, organisé par le Centre Islamique et Culturel de Belgique qui est situé au sein même de la Mosquée du Cinquantenaire à Bruxelles. Ce colloque était placé sous le haut patronage du Secrétaire Général de la Ligue Mondiale Islamique, lui-même présent à Bruxelles après un passage similaire à Vienne et à Madrid. Certainement, nous étions là près de 200 personnes sinon plus dont la grande majorité était musulmane. Mais j’ai pu y voir aussi un juif, reconnaissable à son habit traditionnel.

La séance d’ouverture était consacrée à l’accueil des dignitaires présents. On y reconnaissait des représentants religieux, musulmans, chrétiens (Anglicans et Catholiques) mais aussi quelques politiciens comme Monsieur Fouad Ahidar, un musulman, parlementaire depuis 2004 et depuis cette année Premier vice-président du parlement Bruxellois. Il y avait également l’Ambassadeur du Sénégal qui représentait ses collègues du monde diplomatique. Tous ont tenu à manifester leur soutien à un tel rassemblement par des mots d’encouragements et souhaits de succès. Déjà, ils ont souligné que l’Islam était une religion de paix et d’harmonie entre les religions.
La deuxième et troisième séances ont été consacrés à des communications plus ciblées sur le « Vivre Ensemble » et la lutte contre la violence et le terrorisme. Il est impossible de présenter même succinctement chacune des interventions. Certaines étaient en Néerlandais ou en Arabe. Nous devions alors faire confiance aux traducteurs. Mais j’en retiens deux points principaux :

  • D’une part, selon eux, les jeunes qui sont partis faire le Djihad n’ont pas été endoctrinés par les prêches des Mosquées. On ne les voyait pas dans l’entourage des Mosquées.
  • D’autre part, les jeunes d’aujourd’hui nous laissent un gros point d’interrogation. Ils n’ont pas écouté leurs parents ou leurs frères musulmans dans les Mosquées. Ils sont partis la plupart du temps à cause de l’internet et des réseaux sociaux. Il nous faut maintenant trouver un langage, un discours qui nous permettent de rentrer dans leur monde et ainsi d’accéder à cette nouvelle culture des jeunes d’aujourd’hui afin d’être entendu et de les aider à se dé-radicaliser.

Il n’a pas été possible de faire de nombreux contacts durant ce colloque. Car au moment des pauses « café » pour certains, nos amis musulmans se précipitaient pour leurs prières. L’impression générale qui s’en dégage est que la communauté musulmane veut se prendre en charge concernant ce phénomène de la violence. Certains membres de l’audience ont pu s’exprimer avec parfois un peu d’agressivité. J’ai personnellement beaucoup remarqué cette Palestinienne demandant pourquoi les jeunes partaient faire le Djihad en Syrie et en Irak alors qu’en Palestine la situation est encore plus dramatique depuis les années 60.

La quatrième et dernière séance était consacrée à un débat plus général suivi des conclusions par le Secrétaire de la Ligue Mondiale. Mais je n’ai pu y participer en raison de mes engagements en paroisse du samedi soir. Il aurait probablement été très éclairant d’y rester pour écouter et comprendre les réactions de l’audience sur des problèmes aussi brûlant.

Vous avez donc ici deux échos de nos activités les plus récentes à ARCRE qui est (pour rappel) l’Action pour la Rencontre entre les Cultures et Religions en Europe. En plus de notre travail pour le site Web, nous essayons d’être présents et de nous insérer dans ce qui existe déjà et d’y apporter le témoignage de notre tradition de Pères Blancs. Beaucoup de choses se passent ici en Belgique et dans la Capitale de l’Europe. Un confrère plus jeune et avec une voiture ne cesserait pas de sillonner les routes pour communier à ce souci commun d’un meilleur « Vivre Ensemble » porté par les religions comme par bien des politiciens. Nous faisons ce travail au nom de tous nos confrères de Belgique et d’Europe. Si vous aviez des commentaires à faire ou des suggestions à nous présenter sur nos travaux et nos objectifs, elles seront les bienvenues.

  Gilles Mathorel
(avec Augustin Arteche)

 Rol van islam als bron van geweld mag niet worden onderschat

De radicaal-islamistische terreurgroep al-Shabaab heeft de verantwoordelijkheid opgeëist voor de aanslag op een bus in Kenia, waarbij alle 28 passagiers die niet uit de Koran konden voorlezen werden vermoord.

« De historische etnische spanningen hebben er - in combinatie met de strijd om schaarse graaslanden en waterbronnen, een onstabiel buurland, jeugdwerkloosheid, politiek opportunisme, de afwezigheid van de staat en een grote voorraad aan wapens- dan ook voor gezorgd dat Al-Shabaab in de regio een uitstekende voedingsbodem heeft gevonden, » schrijft Quinten Lataire in MO magazine : « De veelal werkloze en vaak ongeletterde jeugd wordt in de radicale moskeeën voorgehouden dat er een beslissende strijd plaatsvindt tussen moslims en ongelovigen, waarbij lokale grieven zonder veel problemen vertaald worden in een mondiale jihad. »

Maar het Deense Kristeligt Dagblad stelt zich vooral vragen bij de manier waarop de media over het bloedbad bericht : “Hoewel deze criminelen zelf hebben toegegeven deze beestachtige moorden te hebben begaan in naam van de islam, lijken westerse opiniemakers zich tevreden te stellen met een zuiver materiële uitleg voor deze wreedheden en de schuld bij economische ongelijkheid en sociale problemen te leggen, niet bij de godsdienst zelf.

Op dezelfde manier kan worden gesteld dat de kruistochten niets met het christendom te maken hadden. Wat flauwekul is. Dat betekent uiteraard niet dat alle christenen kruisvaarders waren, net als alle moslims evenmin de wreedheden van de islamitische terreurgroepen vertegenwoordigen.
Toch moet iedereen toegeven dat godsdienst een steeds grotere rol gaat spelen in de conflicten die de wereld beheersen. »

eMO* 8 december
 

Déclaration finale de la conférence à l’université al-Azhar

« Attaquer les chrétiens et les croyants d’autres religions par fausse piété représente une trahison des enseignements authentiques de l’islam » : c’est ce que l’on peut lire dans le document de synthèse publié au terme de la Conférence sur extrémisme et terrorisme organisée les 3 et 4 décembre par l’université d’al-Azhar. A ce colloque, organisé par l’université pour réfléchir à la question controversée du rapport entre monde musulmans et extrémisme islamiste, ont participé environ 700 chercheurs et représentants d’institutions politiques, sociales et religieuses – y compris un certain nombre de responsables de communautés chrétiennes d’Orient – provenant de 120 pays (voir Fides 03 et 04/12/2014).

Bulletin ARCRE 7-12-14
 

Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 178 / 646953

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License