missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°106 Breuklijnen

Octobre - Oktober 2016
mercredi 14 décembre 2016 par Jef Vleugels

 Le Pape affirme son opposition à la peine de mort

Alors que dans le monde, des centaines de manifestations, expositions, débats, sont organisées dans plus de 45 pays à l’occasion de la 14e Journée mondiale contre la peine de mort, le Pape réaffirme dans un tweet son opposition à la peine capitale : « Il n’y a pas de peine valable sans espérance », écrit-il. En 2015, François avait été élu abolitionniste de l’année par l’association « Hands off Cain ».

Cette année, l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture et la Coalition mondiale contre la peine de mort ont décidé d’axer leur campagne de sensibilisation sur le recours à la peine capitale dans des cas de terrorisme. Selon ces organisations, la menace mondiale actuelle pousserait les Etats à reconsidérer la peine de mort comme une option possible.

Au cours des dix dernières années, le Nigeria, le Bangladesh, l’Inde ou la Tunisie ont adopté des lois qui élargissent le champs d’application de la peine de mort. Certains actes terroristes ont été ajoutés à la liste des infractions passibles de la peine de mort. Le Pakistan et le Tchad ont, eux, repris les exécutions après des années de moratoire au nom de la lutte contre le terrorisme.

Pourtant, il apparaît que la peine de mort est bien loin de dissuader les terroristes de passer à l’acte. Au contraire, elle entraîne souvent un cercle vicieux de violences et de représailles. En effet, les groupes terroristes utilisent la violence officielle de l’État pour justifier leur propre violence. Aujourd’hui, la peine de mort a été abolie complètement dans 104 pays, mais 65 autres la prévoient encore pour les cas de terrorisme. Or, souligne l’Acat, les actes terroristes relèvent souvent de la compétence de tribunaux militaires ou d’autres tribunaux spéciaux qui ne se distinguent ni par le respect de la légalité, ni par la transparence des procédures.

Marie Duhamel - La Lettre de Radio Vatican, 10/10/2016
 

 L’AFRIQUE et la COUR PENALE INTERNATIONALE

C’est en février 2015 que le président de l’Union africaine – cette année-là, le Zimbabwéen Robert Mugabe - avait annoncé l’intention des pays africains de se retirer de la “très raciste CPI, surnommée “Cour pénale indigène” par les nombreux Africains qui lui reprochent de ne juger que des ressortissants de ce continent.

Depuis lors, une enquête a été ouverte, pour la première fois, hors de l’Afrique – en Géorgie, en janvier 2016. Des examens préliminaires hors d’Afrique, traînent depuis des années sans aboutir, notamment sur la Colombie, depuis 2004.

Plusieurs pays – les Etats-Unis en tête – n’ont jamais accepté de reconnaître la CPI. Mais aucun pays membre ne s’est retiré depuis sa création en 2002. Cela commence donc à changer.

L’Afrique du Sud a introduit le 19 octobre 2016 une demande officielle pour se retirer de l’International Criminal Court – ICC – en français la Cour Pénale Internationale - CPI), l’organe juridique le plus important des Nations Unies. C’était une réaction aux nombreuses critiques qui lui furent adressées, parce l’Afrique du Sud n’avait pas arrêté le dictateur soudanais Omar Hassan al-Bashir, lorsque ce dernier, soupçonné par la CPI de nombreux crimes contre les droits humains, était en visite en Afrique du Sud.

Le parlement du Burundi a voté le 12 octobre 2016, à une très grande majorité, de ce retirer des pays adhérents du CPI. Il semble, en outre, que la Gambie s’oriente également dans ce sens.

Notons pour terminer que l’accusation de ‘racisme’ que l’Afrique adresse souvent à la CPI est à nuancer sérieusement. En effet, la Cour est un tribunal de deuxième instance, qui n’intervient que lorsque le pays concerné n’est pas dans la possibilité de traiter l’affaire lui-même, par exemple quand une longue guerre civile a rendu le fonctionnement de la justice inopérante. Il faut aussi signaler que beaucoup d’affaires ont été portées devant la CPI par les pays africains eux-mêmes.

(Compilation de plusieurs journaux)
 

Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 33 / 582713

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License