missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°64 Breuklijnen

Octobre - Oktober 2012
mercredi 24 octobre 2012 par J.V.

 Docteur Denis Mukwege


Il est né en 1955 au Congo. Après ses études de médecine au Burundi et quelques années de pratique à Lemera (Sud-Kivu), il va se spécialiser en gynécologie à Anders en France et revient à Lemera. Après la première guerre civile en 1996 il s’installe à Bukavu. Confronté aux souffrances des femmes et jeunes filles violées et souvent maltraitées, il construit à côté de l’hôpital de Panzi. un service de gynécologie et une salle d’opération, où il essaie de réparer les séquelles des viols et les organes abîmés à coup de baïonnettes ou d’autres objets. Il crée également un service d’assistance psychologique. Il fournit des microcrédits afin de rendre ces femmes financièrement indépendantes.

Il forme des collègues et le personnel soignant à ses techniques ; il est en effet dans cette matière extrêmement compliquée un des experts de renom international.

(Vertaling van deze bladzijde : Klik hier)

- Intégralité du discours du Dr Denis Mukwege au siège des Nations Unies (25 septembre 2012)

Excellences Messieurs les Ambassadeurs,

J’aurais voulu commencer mon discours par la formule habituelle : « j’ai l’honneur et le privilège de prendre la parole devant vous. » Hélas ! Les femmes victimes de violences sexuelles de l’Est de la RDC sont dans le déshonneur. J’ai constamment sous mes yeux les regards des vieillardes, des filles, des mères et même des bébés déshonorés.

Aujourd’hui encore, plusieurs sont soumises à l’esclavage sexuel ; d’autres sont utilisées comme arme de guerre. Leurs organes sont exposés aux sévices le plus ignobles.

Et cela dure depuis 16 ans ! 16 ans d’errance ; 16 ans de torture ; 16 ans de mutilation ; 16 ans de destruction de la femme, la seule ressource vitale congolaise ; 16 ans de déstructuration de toute une société.

Certes, vos états respectifs ont fait beaucoup en termes de prise en charge des conséquences de ces barbaries. Nous en sommes très reconnaissants.

J’aurais voulu dire « j’ai l’honneur de faire partie de la communauté internationale que vous représentez ici » Mais je ne le puis.

Comment le dire à vous, représentants de la communauté internationale, quand la communauté internationale a fait preuve de peur et de manque de courage pendant ces 16 ans en RDC.

J’aurais voulu dire « j’ai l’honneur de représenter mon pays. », mais je ne peux pas non plus.

En effet, comment être fier d’appartenir à une nation sans défense ; livrée à elle-même ; pillée de toute part et impuissante devant 500.000 de ses filles violées pendant 16 ans ; 6000000 de morts de ses fils et filles pendant 16 ans sans aucune perspective de solution durable.

Non, je n’ai ni l’honneur ni le privilège d’être là ce jour. Mon cœur est lourd.

Mon honneur, c’est d’accompagner ces femmes Victimes de Violence courageuses ; ces femmes qui résistent, ces femmes qui malgré tout restent debout.

Aujourd’hui grâce au rapport des experts des Nations Unies, au Mapping report du haut-commissaire aux droits humain des Nations Unies et beaucoup d’autres rapports crédibles, plus personne ne peut se cacher derrière l’argument de la complexité de la crise. Nous savons donc désormais les motivations de cette crise et ces différents acteurs. Ce qui fait défaut c’est la volonté politique.

Mais jusques à quand ? Jusques à quand devons-nous encore assister impuissants à d’autres massacres ?

Excellences, Messieurs les Ambassadeurs ; c’est avec une grande humilité que je vous dis qu’on n’a pas besoin de plus de preuve, on a besoin d’une action, une action urgente pour arrêter les responsables de ces crimes contre l’humanité et les traduire devant la justice. La justice n’est pas négociable. On a besoin de votre condamnation unanime des groupes rebelles qui sont responsables de ces actes, on a besoin d’actions concrètes à l’encontre des états membres des Nations Unies qui soutiennent de près ou de loin ces barbaries. Nous sommes devant une urgence humanitaire qui ne donne plus place à la tergiversation. Tous les ingrédients sont réunis pour mettre fin à une guerre injuste qui a utilisé la violence et le viol de femmes comme une stratégie de guerre. Les femmes congolaises ont droit à une protection à l’instar de toutes les femmes de cette planète.

Vouloir mettre tous ces rapports crédibles dans le tiroir de l’oubliette sera porter une atteinte grave à la crédibilité de différentes résolutions des Nations Unies exigeant la protection des femmes en période des conflits et donc décrédibiliser toute notre chère institution qui pourtant est censée garantir la non-répétition du génocide.

Les acquis de la civilisation reculent ; ils reculent par les nouvelles barbaries comme en Syrie et en RDC ; mais aussi par le silence assourdissant et le manque de courage de la communauté internationale.

Nous ne saurions pas taire la vérité car elle est têtue, nous devrions plutôt l’affronter pour éviter de trahir nos idéaux .

J’ai l’honneur de dire que le courage des femmes victimes de violences sexuelles de l’Est de la RDC finira par vaincre le mal.

Aidez-les à retrouver la paix !

Je vous remercie.

[1Hedge fondsen zijn beleggingsfondsen die zich op alle mogelijke manieren proberen in te dekken tegen een malaise of crisis op de beurs. De bedoeling is om een hoog rendement te behouden, ook wanneer het slecht gaat op de beurs. Ze zijn aan minder regels onderwerpen dan de klassieke beleggingsfondsen. Hedge fondsen bepalen zowat hun eigen regels en doelstellingen. Afkomstig van het Engelse woord hedge, dat letterlijk betekent : grens, begrenzing van een gebied of ruimte. In de financiële wereld is de betekenis uitgebreid naar « begrenzing of afbakening van financiële risico’s ». Ze zijn niet voor het grote publiek.

[2Ainsi, à Paris, par exemple, le nombre de contrats sur le blé est passé entre 2005 et 2007 de 210 000 à 970 000.

[3Philippe Chalmin, Le monde a faim, Paris, 2009, cité par Jean Ziegler in Destruction massive, Paris, Seuil, 2012


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 175 / 610602

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License