missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°7 Breuklijnen

Publication bilingue
jeudi 22 novembre 2007 par J.V.

 PEINE DE MORT / DOODSTRAF

Vous vous rappelez sans doute du premier numéro de LIGNES DE FRACTURE, au mois de mai de cette année. Nous y étions invités à signer un APPEL POUR UN MORATOIRE MONDIAL DE LA PEINE DE MORT. Le vendredi 2 novembre 5 millions de signatures furent transmises à l’Assemblée Générale des Nations Unies.

Samen met een delegatie van internationale organisaties overhandigde de Sint-Egidius-gemeenschap de algemene vergadering van de Verenigde Naties in New York vrijdag vijf miljoen handtekeningen tegen de doodstraf. Op de agenda van de VN-bijeenkomst stond de bespreking van een resolutie voor een wereldwijd moratorium op executies. De handtekeningen werden ingezameld op initiatief van de Coalitie tegen de doodstraf, een samenwerkingsverband van 64 organisaties. (Kerknet)

 LE PRESIDENT DU CONSEIL PONTIFICAL JUSTICE ET PAIX PARLE DE L’AFRIQUE

Le président du Conseil pontifical Justice et Paix, le cardinal Renato Raffaele Martino, a affirmé que le mal qui harcelait l’Afrique était “la méfiance” du continent européen. Le haut prélat intervenait à Naples, dans la soirée du 22 octobre.

Lors du débat intitulé “Europe-Afrique, y a-t-il un avenir commun ?« , organisé au cours de la rencontre internationale de prière pour la paix de Sant’Egidio, le cardinal Renato Martino a dit sa conviction que “le mal qui harcèle l’Afrique est le sentiment de méfiance” du continent européen à l’égard de ce continent. Il n’hésitait pas à parler de “rideau de fer d’égoïsme et d’indifférence” entre les deux continents, Il a ensuite appelé à »retrouver une confiance”.

Le cardinal Martino a demandé à l’Europe d’avoir “clairement à l’esprit qu’il faut résoudre trois questions de base en Afrique : les conflits armés, les maladies pandémiques, la pauvreté’. Il s’est dit convaincu que l’Europe et l’Afrique “peuvent et doivent avoir un avenir commun”, sous réserve d’une “gouvernance plus adéquate du processus de mondialisation”. Le président du Conseil pontifical Justice et Paix a enfin souhaité que l’Europe “ne se dérobe pas devant son rendez-vous avec l’histoire”.
www.theologia.fr
25-10-2007

 N’OUBLIONS PAS LA BIRMANIE

Bien que la situation semble se calmer en Birmanie, un revirement éventuel de la junte ne doit nous faire oublier ce qui s’est passé réellement. En date du 2 novembre 2007, le provincialat de la Société de Marie – Marianistes en France, publie la traduction d’un courriel datant du 1er octobre 2007 :

"Nous venons d’avoir un coup de téléphone de notre soeur qui habite à Yangon, il y a quelques heures. Sur la BBC WORLD ils ont dit que 200 moines avaient été arrêtés. La réalité est bien pire ! Le monastère d´un quartier peu connu de Yangon, qui s´appelle Ngwe Kyar Yan (Rue Wei-za-yan-tar à Yangon) a subi une descente de police tôt ce matin.
Une troupe de `lone-tein´ (police anti-émeute constituée de voyous payés) protégée par des camions militaires a fait une descente sur le monastère où étudiaient 200 moines. Ils ont ordonné systématiquement à tous les moines de s´aligner, les ont frappés et leur ont écrasé la tête contre les murs du monastère. Un par un, les moines sans résistance sont tombés en hurlant de douleur. Ensuite les policiers leur ont arraché leurs robes rouges, ont emporté les corps et les ont jetés dans les camions militaires (comme de vrais sacs de riz).

Le moine principal a été attaché au milieu du monastère, torturé et matraqué ; il est mort un peu plus tard. Des dizaines de milliers de gens s’étaient rassemblés devant le monastère. Repoussés par des militaires armés de baïonnettes, ils ont été incapables d´aider les moines qui se faisaient massacrer à l´intérieur du monastère. Toutes leurs tentatives furent vaines.

Quand tout fut terminé, il ne restait que 10 moines sur 200 en vie, 10 qui s’étaient cachés dans le monastère. Du sang tachait tous les murs et les sols du monastère.

S´il vous plait, racontez à votre public la réalité du sort de ces moines, s´il vous plait, s´il vous plait !!!!!!"

Aye Aye
Hong Kong

N’oubliez pas de lire les NOUVELLES d’AEFJN, n° 16, du mois d’octobre 2007 :

www.aefjn.org

Ou lisez-les en passant par le site de la Société : www.africamission-mafr.org


 SITUATION EN ITURI

L’ONU exhorte les insurgés à se rendre, plaide pour une désescalade. « Nous appelons à nouveau tous les dissidents à aller au brassage, sans délai et sans condition », a déclaré William Swing à Goma. Kinshasa, qui a déployé quelque 15.000 hommes au Nord-Kivu, avait donné jusqu’à lundi soir aux insurgés ralliés à l’ex-général tutsi congolais Laurent Nkunda, estimés à plus de 5.000, pour démobiliser avant le lancement d’une vaste offensive. M. Swing a aussi plaidé pour un retour rapide dans leur pays de « tous les rebelles hutus rwandais » des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), qui sévissent depuis 13 ans dans l’est congolais, frontalier du Rwanda. Laurent Nkunda, officier tutsi congolais, s’est toujours posé en défenseur de sa minorité et affirmé qu’il ne quitterait pas le maquis tant que ces miliciens génocidaires seraient basés en RDC. Il a pour le moment refusé de se plier à l’ultimatum des Fardc, qu’il accuse de complicité avec les FDLR, mais a indiqué qu’il n’était pas hostile, sur le principe, à l’intégration de ses hommes à l’armée régulière. William Swing a plaidé, au nom de la communauté internationale, pour le respect du droit humanitaire par tous les belligérants et souligné l’importance de la protection de toutes les communautés ethniques congolaises. L’ONU estime désormais à près de 750.000 le nombre de déplacés de guerre au Nord-Kivu, une province qui compte à elle seule près de 70% des déplacés internes de RDC. « Nous demandons à tous les acteurs de la région qu’ils se comportent en bons voisins et soutiennent la reconstruction de la RDC », a ajouté M. Swing, alors que plusieurs milices et acteurs politiques congolais accusent Nkunda d’être le cheval de Troie du Rwanda. (AFP)

Luc de L’Arbre, "Le Journal de la Quinzaine, 15-30 octobre 2007-11-07, mercredi 17 octobre

Entre-temps Luc a publié le n° 71 de son Journal de la Quinzaine, pour la première moitié de novembre. Vous le trouvez sur le website de la Société.

Puis-je vous rappeler que toutes les troupes impliquées, celles de Laurent Nkunda, les Maï-Maï, les troupes de Germain Katanga, mais aussi les FARDC, sont accusées d’utiliser des ENFANTS SOLDATS ?!?!

 LA COUR PENALE INTERNATIONALE (CPI)

Germain Katanga (nommé « Simba »), 29 ans et chef historique des Forces de Résistance patriotique en Ituri (FRPI), principalement composées de lendu et de ngiti, a été arrêté à Kinshasa et transféré à la CPI. Il y rejoint donc le général Thomas Lubanga, chef de milice hema, poursuivi pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide.
(même source)

La situation en RDC est l’une des quatre situations sur lesquelles enquête actuellement le Bureau du Procureur de la CPI, outre la situation en Ouganda, pour laquelle quatre mandats d’arrêt ont été délivrés à l’encontre de responsables de l’Armée de résistance du Seigneur ; la situation au Darfour (Soudan), pour laquelle des mandats d’arrêt ont été délivrés à l’encontre d’Ahmad Muhammad Harun, ex-Ministre d’État chargé de l’intérieur et actuellement Ministre d’État chargé des affaires humanitaires au sein du gouvernement soudanais, et d’Ali Muhammad Ali Abd Al Rahman (alias « Ali Kushayb »), un dirigeant de miliciens/Janjaouid ; et la situation en République centrafricaine. (UN. News)

Il n’y a pas que l’Afrique. Khieu Samphan, een van de leiders van het vroegere Rode Khmerbewind in Cambodja, is op maandag 19 november gearresteerd. Hij was als laatste van vijf kopstukken van de Rode Khmer nog op vrije voeten. Hij is formeel aangeklaagd wegens misdaden tegen de menselijkheid en oorlogsmisdaden.
Les cinq comparaîtront devant un tribunal spécial parrainé par l’ONU. Khieu Samphan pourra compter, note La Libre Belgique (20/11/07) sur l’aide d’un vieil ami : l’avocat Jacques Vergès, qui s’est engagé à le défendre gratuitement.

De moins en moins de dictateurs et autres criminels de guerre échappent à la justice. Cela démontre que la justice progresse dans le monde et, peut-être cela fera-t-il réfléchir deux fois les potentats en herbe…

 UN RAPPEL UTILE

Lors de leur Assemblée plénière annuelle, les évêques du Canada ont abordé le thème de la nouvelle évangélisation. Le 16 octobre 2007, Mgr Claude Champagne, OMI, administrateur des diocèses de Hal et Yarmouth a partagé sur la manière de vivre cette mission. Voici l’extrait qui porte sur la justice et nous rappelle des documents de base insuffisamment exploités. Je mets une phrase importante en exergue.

« Une autre manière pour nous d’être “symbole” et “artisan” du Règne de Dieu, c’est tout l’engagement pour la justice, pour la transformation du monde selon le projet de Dieu. Dés 1971, les participants au Synode romain affirmaient que »le combat pour la justice est une dimension constitutive de notre mission d’annoncer la Bonne Nouvelle”. On peut penser ici à tout le domaine de l’enseignement social l’Èglise, bien synthétisé dans le “Compendium” publié récemment par le Vatican (en 2005). Trente-cinq ans après la tenue de ce synode sur la justice dans le monde, cette dimension de l’Èvangile demeure encore souvent le “secret le mieux gardé” dans l’Èglise. Parmi nos gens les plus engagés en Èglise, plusieurs n’arrivent pas encore à faire le lien entre le Seigneur Ressuscité, l’Evangile et cet engagement pour la justice.
Le pape Jean-Paul Il, dans son exhortation post-synodale sur la vocation et la mission des laïcs, Christifideles Laici, fait écho à tous les domaines où les disciples de Jésus peuvent s’engager pour servir les personnes et la communauté, témoignant ainsi de la Bonne Nouvelle du Règne de Dieu (les n°s 36 à 44)."

 CONTRE UNE ATTAQUE VISANT L’IRAN

Dans un communiqué daté du 28 septembre, le Conseil oecuménique des Églises (COE) met en garde contre un règlement par ta force de la crise relative au programme nucléaire iranien, Il rappelle avec insistance que « les solutions négociées constituent la seule voie vers la paix au Proche-Orient » et lance un appel aux gouvernements occidentaux et à leurs alliés afin qu’ils se décident fermement à résoudre cette crise. Extraits.

1. Depuis des années, au gré de multiples déclarations, le Conseil oecuménique des Églises (COE) appelle les gouvernements à exercer leurs responsabilités pour apporter la paix et la justice aux peuples du Proche-Orient. Pourtant, aujourd’hui, de l’Irak au Liban en passant par Israël et les Territoires palestiniens occupés, des conflits irrésolus sèment l’effroi dans la région. Un nombre incalculable de femmes, d’enfants et d’hommes voient leur vie brisée, les familles sont déchirées et des communautés entières sont les otages de l’injustice de la violence.

2. De plus en plus, les perspectives de paix dans chacun de ces lieux semblent liées au processus de paix de toute la région. Apporter des solutions justes et durables à la violence et à l’instabilité en Irak, en Israël/Palestine et au Liban exige que les gouvernements régionaux et internationaux adoptent des politiques de rupture, des politiques constructives, notamment en ce qui concerne l’Iran, Israël, la Syrie, le Liban et les Etats-Unis ainsi que les autres puissances étrangères impliquées.

3. Les menaces d’une autre guerre au Proche-Orient défient les leçons de l’histoire comme de la morale. Nous voulons parler ici de la position belligérante des États-Unis envers l’Iran et des menaces proférées par l’Iran à l’égard des États-Unis et d’Israël. Cette région et son peuple ne doivent pas avoir à subir une autre guerre, une guerre qui serait de nouveau illégale, immorale et mal pensée.

4. Un jour, les conflits céderont le pas aux négociations de bonne foi, comme ce fut le cas par le passé. Les résultats positifs obtenus progressivement dans le cadre des pourparlers à six dont font partie les États-Unis et la Corée du Nord en constituent un exemple éloquent. La crise qui affecte le Proche-Orient nécessite aussi une approche multi- et bilatérale. Les Églises, dans cette région du monde et au-delà, attendent que les gouvernements concernés franchissent avec courage et responsabilité de nouvelles étapes, à savoir :
a) L’organisation de négociations Etats-Unis/Iran et multipartites pour régler le contentieux nucléaire en souffrance et pour atteindre un modus vivendi au regard des intérêts nationaux respectifs en Irak et dans la région alentour. Il est clair que cela implique que l’Iran se plie aux directives de l’Agence internationale de l’énergie nucléaire (AIEA) et du Conseil de sécurité des Nations Unies et que les États-Unis tiennent leur engagement de 1995, à savoir ne pas utiliser d’armes nucléaires contre les pays non nucléaires signataires du Traité de non-prolifération (TNP)

Lire les autres propositions concrètes dans LA DOCUMENTATION CATHOLIQUE . 4 novembre 2007 • N° 2389

 BOMBES A SOUS-MUNITIONS - CLUSTERBOMMEN

België houdt Europese top tegen clustermunitie

Le mardi 30 octobre 2007, les représentants de 46 pays et d’une dizaine d’organisations internationales se sont réunis à Bruxelles, au Palais d’Egmont, à l’initiative de la Belgique pour une conférence visant à l’élaboration, avant la fin de l’année 2008, d’un instrument juridique international sur les armes à sous-munitions. Les armes à sous-munitions sont des armes capables de projeter plusieurs centaines de munitions de taille plus réduite – les sous-munitions ou bombelettes – sur de très grandes surfaces. Elles restent nocives pendant une vingtaine d’années et doivent être déminées à grands frais.

De VS en Rusland zijn tegen een verbod op clustermunitie, maar kwamen toch naar Brussel.

Het principe van dat verbod werd reeds in februari 2007 in Oslo goedgekeurd en werd reeds ondertekend door een tachtigtal landen. De bedoeling van de Conferentie was tweevoudig : voortwerken aan de consensus inzake de strijd tegen clustermunitie op niveau van het Europese continent, én concrete pistes uitwerken over de manier waarop men slachtoffers kan helpen en voorraden kan vernietigen. België is met dat laatste al bezig : het parlement keurde reeds in november 2006 een wet goed die de productie, opslag en het gebruik van clustermunitie verbiedt. Oostenrijk, Noorwegen en Hongarije staan ook al zover.
Handicap International hoopt dat de conferentie twijfelaars als Groot-Brittanië, Frankrijk, Duitsland en Spanje over de streep trekt : die landen willen in het toekomstig verdrag uitzonderingen voor hun eigen wapens. Washington en Moskou verzetten zich nog altijd tegen het Oslo-proces. Ook zij willen dat er uitzonderingen worden ingelast.

 L’EGLISE SUD-AFRICAINE VISITE L’EST DE LA RDC

KARIBU, bulletin publié à Bukavu, écrit dans son numéro d’octobre 2007 :

Du 8 au 13 septembre 2007, une forte délégation de l’Eglise Sud-Africaine a séjourné dans notre diocèse. Celle-ci était composée de son Eminence le Cardinal Napier, Archevêque de Durban, de son Excellence Monseigneur Jabulani Adatus Nxumalo, Archevêque de Bloemfontein, du Rév. Père Sean O’Leary, directeur de l’Institut de Paix Denis Hurley et du Père Jacques Amyot, travaillant à Soweto. Les deux derniers sont des Missionnaires d’Afrique oeuvrant en Afrique du Sud.

Sean et Jacques ont assuré une session de formation au siège du bureau de la Commission Diocésaine Justice et Paix. Les participants ont découvert qu’il est plus facile de mobiliser pour la justice que pour la paix. Il est plus facile de se révolter contre quelqu’un que de construire ensemble un idéal vraiment noble. Pour la paix, un grand prix doit être payé et surtout éviter qu’il y ait ni gagnant ni perdant, mais plutôt rechercher un consensus constructeur. Il vaut mieux des erreurs qui nous unissent que des vérités qui nous divisent…

 LE VATICAN DONNE L’EXEMPLE

Le Vatican a décidé de montrer l’exemple en matière de protection de l’environnement. Cet Etat de 44 hectares (le plus petit du monde), sans aucune industrie polluante, souhaite devenir le premier Etat « neutre en émission de carbone ». Dès 2008, il est prévu d’installer des centaines de panneaux solaires sur le toit de l’immense salle Paul VI qui accueille les audiences papales. Autre initiative, la plantation d’une forêt en Hongrie, sur une superficie de 7 000 hectares, pour compenser les émissions de gaz carbonique des vols aériens qu’empruntent les membres de la Curie.
La Documentation Catholique, 21 octobre 2007.

 WATER IN CIJFERS

(« Milieubewust consumeren », Test Aankoop, Praktische gidsen, 2007)

- België produceert ieder jaar zowat 750 miljoen m³ drinkwater, d.w.z. gemiddeld 180 liter per inwoner per dag :

  • 120 liter is bestemd voor persoonlijk verbruik ;
  • 40 liter wordt verbruikt door de industrie ;
  • de rest gaat verloren via de leidingen.

- Gemiddeld verbruikt een Belg dus 120 liter leidingwater per dag :

  • 40 liter voor wc-spoelingen ;
  • 40 liter om zich te wassen ;
  • 15 liter voor textielwas ;
  • 8 liter voor de vaat ;
  • 5 liter om schoon te maken ;
  • 5 liter om planten te gieten ;
  • de rest is bestemd voor allerlei voedingsdoeleinden : drinken, koken...

- Leidingwater is afkomstig van :

  • ondergrondse waterwinningen (2/3) ;
  • bovengrondse bekkens (1/3)

KRAANTJESWATER GEZOND !

  • Kraantjeswater wordt even streng gecontroleerd als andere dranken.
  • Het is een stuk goedkoper dan flessenwater.
  • Het is in overvloed beschikbaar, men hoeft slechts de kraan te openen.
  • Het is fris.
  • Het wordt aan huis geleverd en er is geen vrachtwagen nodig om het te vervoeren (dus minder vervuiling).
  • Het veroorzaakt geen verpakkingsafval en geen vervuiling.
  • Chloorsmaak ? Zet een karaf een uurtje in de koelkast en de chloor verdampt !

Auteur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 314 / 646948

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License