missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

UBI CARITAS ET AMOR DEUS IBI EST
Là où sont la Charité et l’Amour Dieu est présent

Famille Mission n°4/4 - 2013
lundi 16 décembre 2013 par Manu Quertemont

EDITORIAL

En planifiant ce dernier numéro de Noël 2013 que nous dédions aux missionnaires « en première ligne », je pense à deux textes majeurs du Nouveau Testament. Tout d’abord, il y a ce magnifique hymne à la charité de la lettre de St Paul aux Corinthiens : « Si je n’ai pas la charité, je ne suis qu’un cuivre qui sonne ou une cymbale qui retentit… ». En langage d’aujourd’hui : « Si je n’ai pas la charité, je ne suis qu’un homme ou une femme de blablabla ! »

Mais qu’est-ce que la charité ?

Ce terme « Charité » peut paraitre un peu vieillot à nos oreilles modernes. Il nous rappelle le mendiant qui à la porte des églises de notre jeunesse, tendait son gobelet de fer blanc en disant : « La charité monsieur, la charité madame… ». C’est vrai que maintenant on préfère employer le mot « Amour » et que dans les lectionnaires de nos églises du 21e siècle le mot « Charité » a pratiquement disparu… Pourtant Amour et Charité sont des jumeaux. Jumeaux, mais pas identiques.

A Taizé on aime chanter un vieux chant du moyen-âge dont le refrain est le suivant : « UBI CARITAS ET AMOR DEUS IBI EST ». De nos jours ces paroles latines résonnent de plus belle dans toutes les églises du monde, surtout là où il y a des jeunes. « Là où sont la Charité et l’Amour Dieu est présent. »

L’Amour c’est le sentiment qui porte l’homme vers l’autre, il est représenté par le cœur qui est au centre de l’être humain, au plus profond de lui, dans sa poitrine. La Charité, CARITAS, ce sont les mains et les pieds de cet Amour intérieur…

La Charité, CARITAS, ce sont ces milliers de kilomètres à pied, à cheval, en voiture que fait le missionnaire pour rejoindre ses ouailles, ce sont ces églises, écoles et hôpitaux qu’il a construits pour eux. La Charité, c’est l’aspect social de l’amour, c’est l’amour en actes, l’amour à la rencontre de l’autre, l’amour service, l’amour qui a fait le choix des plus pauvres. Pas étonnant que notre fondateur le Cardinal Lavigerie ait choisi « CARITAS » comme devise. Son Blason : un pélican qui de son bec ouvre sa poitrine pour nourrir de son sang ses petits affamés. CARITAS, c’est être prêt à donner sa vie aux autres, goutte à goutte, chaque jour. La charité du missionnaire c’est une vie de service : « La Charité est serviable, la charité ne cherche pas son intérêt, la charité supporte tout, la charité ne se réjouit pas de l’injustice »…

Nous arrivons maintenant aux Béatitudes.

C’est la pièce maîtresse de cet inoubliable sermon sur la montagne souvent regardé comme une espèce de constitution pour l’Eglise et en tout cas un programme essentiel pour les chrétiens. Pas de christianisme sans les béatitudes… Pas d’Eglise vraie, vivante, sans une mise en pratique de cet enseignement de Jésus.

Le Pape François qui s’attelle à donner un nouveau souffle à notre Eglise le sait bien, il faut revenir aux sources, retrouver l’esprit des béatitudes. Pour lui c’est essentiel. Il n’a pas choisi le nom de François par hasard. A l’exemple de St François d’Assise il prêche la pauvreté, la simplicité, la sobriété, l’humilité…Heureux ceux qui ont une âme de pauvre… Heureux les doux, les petits, les humbles. Heureux les miséricordieux. Il y a quelques semaines on publiait la toute première interview du Saint Père François. Au sujet de cette béatitude de la miséricorde il disait vouloir une Eglise dont les pasteurs seraient avant tout des ministres de la miséricorde…

« Je vois avec clarté, disait-il, que la chose dont a le plus besoin l’Eglise d’aujourd’hui, c’est la capacité de soigner les blessures et de réchauffer le cœur des fidèles, la proximité, la convivialité. »

N’est-ce pas justement ce que font nos confrères de Goma, Sœur Angélique, les Sœurs du Centre Delwende et bien d’autres missionnaires de par le monde ?

Heureux les artisans de Paix…A Goma , comme dans d’autres coins du Congo, c’est la pagaille généralisée, un conflit qui perdure et fait mourir… mais il y a aussi la zizanie et la discorde dans notre pays, nos communautés, nos familles…Sur notre planète qui va mal, on a un sacré besoin d’hommes et de femmes ouvriers de paix, de dialogue, de réconciliation et surtout pas de blablabla, mais des actes.

Joyeux Noël

M.Q.
 

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 5178 / 653008

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Croire aujourd’hui   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License