missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Sahara

Interview de Mgr John MacWilliam,
nouvel évêque de Laghouat en Algérie

Petit Echo
samedi 21 octobre 2017 par Webmaster

(Extraits)

Mgr, pourriez-vous présenter brièvement votre diocèse à nos lecteurs ?

Sa superficie comparativement à la Grande Bretagne, le nombre de paroisses, les chrétiens, les agents pastoraux (combien de congrégations), le travail missionnaire qui s’y fait, le dialogue avec les frères de la religion musulmane … tout ce qui peut faire comprendre à nos lecteurs le contexte dans lequel vous allez œuvrer.

Outre les énormes diocèses de la Sibérie russe, mon diocèse est le plus grand du monde, dix fois la superficie de la Grande Bretagne (trois fois celle de la France). Dans une population de quatre millions de musulmans, très dispersés, se trouvent une dizaine de petites communautés chrétiennes ; des Sœurs, des Frères ou des Pères et quelques laïcs dont la chapelle sert souvent comme ‘église paroissiale’. Nous ne parlons que rarement de ‘paroisses’ en effet.

Les Pères Blancs présents depuis 1872 n’y ont que deux communautés aujourd’hui : à Ouargla (1875) et à Ghardaïa (1887). Il y a des communautés de la famille spirituelle du Bx Charles de Foucauld, les SMNDA, les FMM, le PIME et plus récemment des communautés de Sœurs venant d’Afrique subsaharienne, congrégations parfois fondées par nos propres confrères qui partaient en mission depuis l’Algérie il y a longtemps. Nous avons aussi trois prêtres Fidei Donum grâce la générosité de leurs diocèses, mais pas encore de clergé incardiné dans notre diocèse. Cela fait dans le diocèse à peu près une soixantaine de chrétiens résidents au service du diocèse, presque tous des étrangers.

Notre première mission en Algérie n’est pas dans le faire, mais plutôt dans l’être : être présents parmi le peuple musulman qui nous accueille. Dans cet esprit nous faisons aussi des œuvres d’apostolat – oui, il y a du travail – qui favorisent la rencontre de la vie : aide aux enfants handicapés, soutien scolaire aux écoliers ou aux adultes, centres de culture et bibliothèques, soutien aux projets agricoles… et tant d’autres. Dans toutes les villes où se trouvent nos communautés il y a des aumôniers de prison agréés pour rendre des visites pastorales aux détenus chrétiens. Certaines villes universitaires ont des étudiants venant de l’Afrique subsaharienne qui constituent un élément important ‘laïc’ dans l’Église locale, ainsi que, ici ou là, des migrants venus pour travailler ou de passage. Nous visitons aussi les zones où se trouvent les bases pétrolières avec des populations étrangères, y compris des chrétiens, mais pour la plupart nous n’y avons que peu d’accès pour des raisons de sécurité. Leur séjour étant de courte durée, ils trouvent normalement un soutien pastoral dans leur pays d’origine.

Selon le contexte que vous venez de décrire, quelles seront vos priorités pastorales ?

En tant qu’évêque je dois veiller surtout sur le ‘petit troupeau’ qui est l’Eglise catholique dans le diocèse. Cela implique une communion avec chacun et chacune des fidèles ainsi qu’avec les communautés religieuses et les responsables des congrégations à l’œuvre dans la mission au Sahara. Malgré notre particularité, nous faisons partie, avec les trois diocèses du nord, de l’Eglise catholique d’Algérie et plus largement de la Conférence Episcopale de la Région du Nord de l’Afrique (CERNA). Il me semble très important aussi de reconnaître constamment notre appartenance à l’Eglise universelle, d’autant plus que les membres de notre Eglise locale sont originaires de tous les horizons du monde. Le soutien en personnel, matériel et surtout par la prière nous est essentiel et c’est pour cela que je dois continuer le bon travail de mon prédécesseur à souder les liens avec l’Eglise ailleurs.

Peut-être que les confrères Missionnaires d’Afrique aimeraient savoir quels rapports vous entretiendrez avec la Société des Missionnaires d’Afrique et ce que vous attendez d’elle.

Depuis notre arrivée il y a presque cent cinquante ans, l’évêque du Sud est un Père Blanc. En effet ce fut un vicariat puis un diocèse confié aux Pères Blancs. Mais depuis un certain temps ce n’est plus le cas. Les PB, avec seulement deux communautés aujourd’hui, sont une congrégation parmi d’autres et nous avons une convention entre le diocèse et la Société comme avec les autres congrégations. J’ai de la chance d’y avoir vécu cinq ans comme membre d’une communauté PB au service du diocèse et plus récemment d’avoir eu la responsabilité de provincial avec des relations très fraternelles avec Mgr Claude Rault, l’évêque.

Que cela continue ! Nous sommes tous disciples du même Maître dans la même mission. Dans la communauté des PB à Ghardaïa j’espère trouver un soutien spirituel et fraternel selon notre charisme PB enraciné dans mon cœur, sans vouloir m’ingérer dans ce qui leur est propre.

J’avoue que ‘vivre seul, hors communauté PB’ sera un sacrifice pour moi, PB que je suis.

Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Je crois que ma nomination indique la confiance de la part du Saint Père, pas seulement à moi mais surtout à notre Société des Missionnaires d’Afrique, fidèles à la vision du fondateur et désireux d’apporter l’amour de Dieu en Jésus Christ aux peuples d’Afrique et en particulier en Afrique du Nord à nos frères et sœurs de foi musulmane.

Les nombreux messages de solidarité et les promesses de prière m’encouragent et je rends grâce à Dieu et à vous tous pour cela.

  Freddy Kyombo, M.Afr.
in Petit Echo n° 1081

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 24 / 645462

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Algérie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License