missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Une journée à la maison Lavigerie, à Jinja.

Famille Mission N°1/4 - 2009
dimanche 29 mars 2009 par Webmaster
De l’une de nos maisons de formation en Afrique :

Jinja en Uganda</center/

par le Père Jos Van Boxel
Laissez-moi vous présenter notre communauté de vie. Nous habitons à Jinja, la seconde ville en importance de l’Ouganda, là où le Nil quitte le Lac Victoria et commence son invraisem-blable parcours vers la Méditerranée.

Notre communauté « Maison Lavigerie » compte actuellement 5 Pères et 39 étudiants. Les Pères viennent d’Angleterre, de l’Irlande, de l’Ouganda, des Pays-Bas et de Belgique. Les candidats sont originaires de l’Ouganda, du Kénia, de Tanzanie, de Zambie, du Malawi, du Congo et du Burundi. Multiple richesse donc d’âges et de nationalités. Nos candidats font ici leur premier cycle, c.à.d. les trois premières années de leur formation.

Nous menons ici une vie assez régulière, nécessitée par le groupe assez nombreux. Nous nous levons à six heures du matin et nous nous retrouvons à la chapelle à 6.30h pour une demi-heure de méditation suivie de l’eucharistie. A 7.45h petit déjeuner, après quoi les étudiants partent vers le Centre de Philosophie (PCJ) où toute la matinée ils assistent aux cours. Le Centre se situe à dix minutes à peine de notre maison. Le Centre est en fait un ‘consortium’ où huit congrégations diverses apportent leur collaboration. Les candidats missionnaires, pendant trois ans, y suivent les cours de base en Philosophie, Sciences sociales et Sciences religieuses.

Le Centre compte, cette année, 162 étudiants, 21 professeurs et 9 collaborateurs extérieurs.

En tant que recteur ou directeur de ce Centre, j’ai à organiser l’ensemble et à veiller surtout à la bonne entente entre les diverses congrégations. Je me soucie aussi de la bonne collaboration entre les professeurs et des étudiants. Le corps professoral compte quelques religieuses et cinq laïcs, ce qui favorise l’échange des idées. J’enseigne quelques matières, telles que Philosophie de la Religion et Spiritualité. Ce qui me permet de rester en contact direct avec les étudiants. Evidemment, réunions, administration et planning demandent beaucoup de temps, mais le Centre fonctionne bien, je ne peux pas me plaindre.

Vers 12.45h tout le monde est rentré pour le repas de midi, et après une courte sieste d’une 1/2 h. suivent des activités variant selon le jour de la semaine. Par exemple, le lundi nous avons cours supplémentaire d’ordinateur, le mardi cours supplémentaire de français, le mercredi et vendredi sport, le jeudi service communautaire ou travail manuel et le week-end travail pastoral. Ce dernier veut dire : le samedi après-midi et la matinée du dimanche, nos étudiants en groupe de deux ou trois vont visiter les malades à l’hôpital de Jinja, se rendent dans deux prisons, dans un Centre de jeunes, dans deux écoles et trois ‘succursales’. Un peu partout, ils animent une célébration de la Parole et portent la communion aux malades et personnes âgées.

Vers 18.45h nous nous retrouvons à la chapelle pour la prière du soir, suivie du repas. Après le souper, musique, lecture, cartes et d’autres jeux de compagnie meublent une petite heure de détente… De 20.30h à 22.30h, le temps est consacré aux études, ce qui me permet de lire ou de préparer mes cours. Le plus souvent, je passe encore une demi-heure agréable avec les confrères, délassement et bavardage.

Chaque candidat vient me voir pour une conversation mensuelle. Nous parlons de son séjour chez nous et de son progrès dans les divers aspects de sa formation, tels que approfondissement humain et spirituel, enrichissement intellectuel et engagement pastoral. Cela noue avec le candidat un lien très fort de confiance et d’amitié.

En outre, notre communauté de vie est scindée en quatre groupes plus petits pour favoriser l’esprit familial ou ‘team spirit’. Chaque groupe compte quelque dix étudiants et a un père comme accompagnateur. Ce qui fait que, par exemple, le mardi soir de 18 à 19h nous nous réunissons pour échanger, à un niveau plus profond, des choses vécues pendant la semaine écoulée. Le mercredi matin, nous célébrons l’eucharistie en ‘team’ avec temps plus ample pour commenter l’évangile du jour. Le mercredi soir le souper est suivi d’une détente en ‘team’. L’intention est de préparer ainsi nos candidats à une vie commune où il soit possible d’échanger et de planifier, de prier et de se détendre.

Ma tâche première ici est donc la formation et l’accompagnement de nos candidats, avec une attention particulière pour ceux de mon équipe. Cela vaut la peine de constater comment ces jeunes se font hommes adultes, qui creusent leur vocation et leur avenir et qui, après trois ans, prennent la décision d’aller ou de ne pas aller au noviciat. Ceux qui nous quittent gardent en général un bon contact avec nous et sont certes bien préparés pour commencer d’autres études et jouer un rôle important dans la société et dans l’Eglise.

Ceux qui poursuivent vont soit à Kasama en Zambie au noviciat anglophone, soit à Bobo-Dioulasso au Burkina-Faso au noviciat francophone.

JPEG - 11.6 ko
P. Jos Van Boxel
Lavigerie House
P.O. Box 673
Jinja
Uganda

voir aussi : Quelques questions au Père Jos Van Boxel


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 244 / 582713

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Uganda   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License