missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Feuilles vertes - Février 2016

lundi 1er février 2016 par G.Verbist, mafr.
« Le djihadisme est une révolte générationnelle et nihiliste »
par Olivier Roy.

Le ralliement des jeunes à Daech est opportuniste : hier, ils étaient avec Al-Qaïda, avant-hier, ils se faisaient sous-traitants du GIA algérien... ou par l’Afghanistan en passant par la Tchétchénie... Et demain, ils se battront sous une autre bannière... L’écrasement de Daech ne changera rien à cette révolte.

Le problème essentiel n’est donc pas le califat du désert syrien, qui s’évaporera tôt ou tard, mais le problème est la révolte de ces jeunes. Et la vraie question est de savoir ce que représentent ces jeunes, s’ils sont l’avant-garde d’une guerre à venir ou au contraire les ratés d’un borborygme de l’Histoire.

(Le Monde. 27.11.15)
 


Le wahhabisme, un islam ultra-rigoriste à la sauce saoudienne

Le wahhabisme charrie une version ultraconservatrice de l’islam.
Mohamed ben Abdel Wahhab, un théologien du 18e siècle, vivant au centre de l’Arabie saoudite a prôné un retour pur et dur aux sources de la religion, au message du Prophète pris au sens le plus littéral. Une alliance entre ce théologien et une puissante famille, les Saoud, a permis à la doctrine rigoriste de prendre son essor grâce à la conquête de la région de Riyad. Les wahhabites n’ont que mépris pour les autres formes de l’islam.

Ce rigorisme voyage bien. Malgré son impopularité hors d’Arabie saoudite (sauf au Qatar) il s’exporte depuis un demi-siècle. Avec de bons résultats.

Riyad (sa capitale) aurait dépensé des dizaines de milliards de dollars pour promouvoir le wahhabisme dans le monde, à travers des milliers d’écoles religieuses, de mosquées ou de centres culturels. Un réseau d’associations caritatives saoudiennes (comme l’International Relief Organisation) servent de relais à la propagation de l’islam wahhabite. De nombreuses télévisions par satellite sont dédiées à la prédication dans de multiples langues. Brochures, cassettes, CD, font partie du message wahhabite.

La Grande Mosquée (à Bruxelles) est une antenne wahhabiste. Cet effort d’exportation a commencé au début des années 1960.

Aujourd’hui le régime saoudien prend conscience des excès engendrés par sa doctrine... « L’élite intellectuelle libérale composée de diplomates, de journalistes, d’hommes d’affaires, n’ose pas prendre les devants... Mais, en privé, les critiques pleuvent ! »

(Baudouin Loos. Le Soir. 9/1/16)
 


« Vers un schisme dans l’islam belge »
par Radouane Attiya, islamologue, chercheur à l’ULiège.

Pour lui, nous allons vers un clash entre deux conceptions de l’islam en Belgique.

« Nous voyons émerger des intellectuels globalisés dont l’influence sur la jeunesse musulmane est indéniable... Si les autorités religieuses (musulmanes) veulent regagner leur autorité, elles devront produire un discours plus critique... On arrivera forcément à un schisme entre un islam traditionnel, militant, politique et un islam contemporain, dépolitisé...

Le corps des imams en Belgique compte plus ou moins 650 imams, dont seulement 85 sont reconnus par le ministère de la Justice. Vous avez de tout parmi ces imams... Ceux qui sont là depuis 30 ans ne sont pas du tout intégrés ! Comment peut-on expliquer qu’un imam qui officie depuis 40 ans en Belgique ne connaît, ni le flamand, ni le français ? ... Tous ces gens qui vous disent aujourd’hui ’on est contre la violence ! ’ sont certes sincères. Mais ils n’ont pas conscience de la charge violente de leur discours, en se référant sans cesse aux sources de l’islam de manière frontale ...

La jeunesse, qui est plus formée et plus libertaire, est prête à en découdre, ce que ne fait pas l’imam ... Il existe déjà des imams qui rêvent de voir émerger un islam réformé. Ils sont peu nombreux, mais ils existent. D’où l’importance d’imams nés en Belgique qui émergent et qui seront capables d’incarner cette nouvelle autorité, qui sera en porte-à-faux avec l’islam traditionnel d’importation ... »

(Propos recuellis par E.B. Le Soir 15.01.16.)
 


« Il faut un Vatican II de l’islam »
(entretien avec Mgr.Jozef De Kesel, Le Soir 23.01.16) extraits

« Il faut reconnaître que la religion a sa place dans la société. Il faut prendre au sérieux le phénomène religieux, anthropologiquement incontestable depuis toujours... » « Pour moi, chacun doit avoir le droit d’exercer sa foi dans la société... » « L’État est neutre, certes, mais la société ne l’est pas. Personne n’est neutre... » « On ne peut pas demander à quelqu’un de mettre ses convictions entre parenthèses, ou de reléguer la religion uniquement dans la vie privée... » « Dans une culture moderne, où il y a la pluralité de possibilités, je tiens beaucoup au respect à porter à l’autre... » « Je ne vois pas d’autre avenir pour l’islam que de s’intégrer dans nos sociétés occidentales modernes... s’intégrer dans la société, dans le respect de l’autre. C’est ce qui attend l’islam ... mais il faut leur donner du temps. Nous avons eu notre évolution avec le Concile Vatican II ... »

G.Verbist, mafr.
GROUPE RENCONTRE
 

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 45 / 591363

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Dialogue   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License