missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Nouvelles du Mali.

mercredi 4 avril 2012 par Webmaster

Les confrères nous écrivent :

- Nous avons pu nous échapper de Gao !


Depuis quelque temps nous redoutions la présence du groupuscule extrémiste et islamiste dans la rébellion. Le samedi 31, après quelques échanges de coup de fusil dans la journée, la ville était presque tombée mais un calme précaire était revenu. Ce fut pour nous le moment crucial de prendre la décision de partir ou de rester. Nous aurions voulu fêter pâques avec la communauté chrétienne avant de partir. C’est en communauté, après discernement des risques que cela impliquerait, (cela me rappelait le film « les moines de Tibhérine ») que nous avons décidé de partir le lendemain. Mais brusquement nous sommes partis dans la nuit du Samedi à 21h unanimement poussés par je ne sais quoi. Nous avons traversé plusieurs positions militaires entre Gao et Gossi et nous avons échappé à un tir des rebelles sur notre voiture. Dieu nous a protégés. Plusieurs confrères ont suivi de près notre déplacement par téléphone, et nous nous sentions soutenus.

Le MNLA (Mouvement national pour la libération de l’Azawad [1]) lui même n’est pas violent et ne tue aucun civil mais ne contrôle pas les bandits et les islamistes, complicité ou faiblesse, on en sait rien.

Le MNLA s’en prend à tout ce qui est institution de l’Etat et pille les bureaux administratifs et les ONG.

Plusieurs personnes et amis de la mission nous ont appelés d’abord pour savoir si nous étions vivants. Ils nous disaient que les rebelles nous cherchaient et qu’ils ont tout pillé et saccagé dans la maison et incendié l’Eglise en criant « Allah ou akbar ». Le gardien a été menacé et les chrétiens recherchés simplement parce qu’ils sont chrétiens ou pour avoir caché les pères et les sœurs. Beaucoup d’entre eux se cachent en attendant de trouver une occasion pour descendre au Sud, ils ont très peur…

- Je suis en contact avec les confrères du Mali par téléphone. J’ai pu parler avec les confrères de Gao avant leur départ de Gao. Ce matin, j’ai parlé avec le P. Pascal à Bandiagara . Il est congolais. Il était resté avec les deux stagiaires. Les Pères Yves et Bernard sont partis dans la nuit de Bandiagara pour le Burkina. Les touaregs approchent de Mopti . C’est vraiment triste. Portons cette situation dans la prière. Fraternellement

- Merci de penser à nous !

Ce n’est pas seulement un peu la pagaille, c’est terrible : les Pères et Sœurs de Gao viennent d’arriver sains et saufs, Dieu Merci. Après leur départ on a pillé leurs maisons, brulé l’église etc. C’est la terreur !

Nous de Nioro , nous sommes encore ici à Bamako, nous avions l’intention d’aller passer la Semaine Sainte là-bas, mais les nouvelles ne sont pas bonnes et probablement nous serons obligés de rester ici. Vraiment dommage pour la communauté chrétienne, qui nous attend !

Pour nous et pour beaucoup de gens, chrétiens et autres, c’est vraiment le chemin de la Croix ! Priez pour nous et Bonne Fête de Pâques !

[1

JPEG - 13.7 ko

L’Azawad désigne un territoire au nord du fleuve Niger, situé au nord du Mali, dont la délimitation varie selon les sources.

Ce territoire est l’objet depuis l’indépendance du Mali en 1960 d’aspirations à l’autonomie et plus récemment à l’indépendance, portées par les rébellions touarègues.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 146 / 590705

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Mali   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License