missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Le Père André Lacoste

samedi 5 février 2011 par J.V.
Cette nuit du 4 février 2011, vers 2 h du matin, notre confrère
 
André Lacoste


 
s’est doucement éteint au Foyer Sainte-Anne à Salzinnes (Namur).

Depuis son retour de l’hôpital, il était aux soins palliatifs, où son frère Denis (qui habite Lille) et sa sœur Marie-Claire l’avaient encore visité ces derniers jours.

André naquit le 29 juin 1923 à Tournai. Il fit ses études secondaires au Collège Cardinal Mercier à Braine-l’Alleud (trois ans) et à l’Institut St-Georges à Woluwe-Saint-Pierre (trois ans).

Il entra chez les Pères Blancs à Thy-le-Château en 1945, fit le noviciat à Varsenare et la première année de théologie à Marienthal. Suivirent les trois autres années de théologie à Heverlee, où il fit son serment le 21 juillet 1951 et fut ordonné prêtre le 12 avril 1952 par Mgr. Geeraerts.

Ses formateurs le décrivent comme intelligent, philosophe ouvert aux problèmes de la vie, ayant du goût artistique, mais manquant parfois de sens pratique et peu doué pour les langues. Envoyé à l’université de Louvain, il obtint une licence en Sciences Politiques et Sociales.

Nommé au Burundi, André s’envola le 10 octobre 1955 pour le vicariat de Gitega (dont Bujumbura faisait encore partie) pour s’occuper du journal « Temps Nouveaux ». En septembre 1956 il devient professeur au Petit séminaire de Mungombe et l’année après au Petit séminaire de Mugeri, où il reste jusqu’en janvier 1963. Il enseigne ensuite six mois au Collège Notre-Dame à Bukavu.

En février 1964 il rentre en Belgique pour raison de santé. Il a son pied-à-terre à Namur, où il participe à l’animation missionnaire et se recycle en méthodes d’éducation : il est intéressé par les progrès accomplis dans l’enseignement religieux des jeunes et l’utilisation des méthodes actives et audio-visuelles. Il amasse beaucoup de matériel : diapositives et enregistrements. Il a aussi l’occasion de faire un voyage d’étude en Egypte et au Sinaï avec deux professeurs du Grand séminaire de Namur. Il suit en outre la grande retraite à Villa Cavaletti.

En septembre 1966, le voilà de retour au Petit séminaire de Mugeri, jusqu’à son congé en 1970, pendant lequel il fait une année de recyclage à Louvain.

De 1971 à 1975, André enseigne à l’Athénée d’Ibanda (Bukavu). De 1975 à 1980 il est professeur à l’Institut de Sciences Pédagogiques à Bukavu et chargé de l’animation des jeunes. C’est à cette époque qu’il lance, avec le Père Croteau, le "Village Pilote d’Agriculture Moderne (V.I.P.A.M.) dans la vallée de la Lwana, à une petite centaine de kilomètres de Bukavu. Le but est d’installer de jeunes couples et de leur apprendre de nouvelles méthodes agricoles. Ce projet sera fortement soutenu par la famille Lacoste. Fin 1980 il part en congé et, au retour, fait un long voyage en Afrique Occidentale.

De mars 1981 à juillet 1985 il est chargé de la formation des jeunes et du développement rural. En 1985 il se fait opérer à la jambe pour des varices. Après un court passage à la paroisse de Bagira, il retourne enseigner au Petit séminaire de Mugeri. Entre-temps le projet VIPAM tourne plutôt mal et affiche une grosse dette. L’archevêque intervient personnellement auprès du Régional. Ce dernier écrit, en mai 1988 : « Il (André) est attachant et convainquant, mais ce n’est pas un gérant, et il n’aurait pas dû essayer de réaliser lui-même un projet qui pourtant serait une excellente solution à beaucoup de problèmes de nos gens. »

En septembre 1889 André suit la retraite-session à Jérusalem et doit se faire soigner en Belgique. Puis il retourne à Mugeri, où il enseigne au lycée d’à-côté, jusqu’en 1993. En janvier 1993 André devient aumônier au Lycée Katana, près de la Fomulac, où il fait partie de la communauté PB. En février 2000 il fait une phlébite et comme l’état de sa jambe ne s’améliore pas, les médecins décident de le rapatrier. En septembre André sera de retour à la Fomulac.

En mai 2005 il est définitivement nommé en Belgique et résidera dans notre communauté de Salzinnes, où nous l’avons toujours connu assis avec sa mauvaise jambe surélevée… souriant, heureux.

André a enseigné toute sa vie. Il enseignait principalement le français et la religion et fut hautement apprécié dans tous les établissements où il a travaillé. Toute sa vie aussi une soif d’apprendre l’a habité, afin de rester à jour et d’améliorer ses cours, car, disait-il, nos élèves africains ont droit à un enseignement de qualité.

Son caractère généreux et imaginatif l’a poussé à voir plus large que son métier d’enseignant. Et de lancer VIPAM, dont nous avons parlé, ou plus récemment « Bethsaïde » où se forment des serviteurs et des servantes de la Parole.

Qu’il repose maintenant en paix

  L’Eucharistie d’action de grâce aura lieu le mercredi 9 février 2011, à 11 heures, dans la chapelle du Foyer Sainte-Anne, Rue du Belvédère 44 – Salzinnes – 5000 Namur.  

Les confrères apportent aube et étole violette. Une collation est prévue pour les confrères à La Plante. Veuillez prévenir l’économe.
L’enterrement aura lieu à Tournai, dans le caveau familial.

 
J.V.
 

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 471 / 582713

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos défunts   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License