missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Le P. Guy Theunis raconte ses 75 jours de prison à Kigali

Info-Cathobel
vendredi 17 février 2012 par Webmaster

À l’occasion de la publication de « Mes 75 jours de prison à Kigali », un journal écrit lors de sa détention en 2005, le Père Guy Theunis, M.Afr., apôtre de la non-violence, attire l’attention sur le sort de milliers de compagnons d’infortune, jamais jugés, et appelle Hutus et Tutsis à s’unir pour préparer l’après Kagamé.

Devant une salle comble à Bruxelles, le 19 janvier dernier, Guy Theunis commence par demander une minute de silence en mémoire de toutes les victimes du génocide et des massacres qui ont eu lieu au Rwanda et par la suite en RDCongo, et aussi d’Alison Desforges, infatigable défenseur des droits de l’homme, la seule personne à avoir témoigné à décharge, à Kigali, lors de son procès devant un tribunal populaire (« gacaca »), le 11 septembre 2005.

« Ce fut mon 11 septembre », explique paisiblement le missionnaire, arrêté injustement pour « incitation à la haine et implication dans le génocide  » lors d’un passage en transit au Rwanda où il avait travaillé comme missionnaire de 1970 à 1994.

En réalité, le prêtre, journaliste, payait sans doute son franc parler, sa dénonciation des crimes commis, depuis 1990, par le FPR sous l’autorité de P. Kagame, et la jalousie du sénateur Antoine Mugesera, qui n’avait pas apprécié le transfert en Belgique de la revue « Dialogue », à laquelle il collaborait, comme Guy Theunis, en son temps. Le dossier du prêtre a finalement été transféré en Belgique où, après une longue et minutieuse enquête, il a été classé sans suite.

À son arrivée en Belgique après son emprisonnement, Guy Theunis montre une carte signée par des codétenus, lui souhaitant « Bon voyage, Père »
  De ces 75 jours en prison, « je ne retiens que le positif », dit Guy Theunis, tenant à remercier tous ceux qui l’ont aidé et évoquant l’extraordinaire solidarité entre prisonniers, quelle que soit leur ethnie. Entre les murs de l’immense prison, appelée « 1930 », le prêtre, chaleureusement accueilli, a vécu ce séjour forcé comme une « nouvelle mission » au sein d’une ‘paroisse’ un peu inhabituelle, écoutant et confessant à longueur de journée.

Il a gardé contact avec son « capita », un détenu responsable des autres détenus (plus de 5.000 à l’époque du seul côté des hommes), comme avec d’autres libérés après lui. La publication de son livre est l’occasion d’attirer l’attention sur le sort des nombreux prisonniers (encore 100.000 ?), dont une grande partie croupit, depuis des années, sans jugement ! Parmi eux, des cultivateurs dont on a confisqué les terres, des opposants et non des moindres, telle la principale rivale du Président Kagame aux dernières élections, des défenseurs des droits de l’homme, des journalistes, de nombreux autres citoyens accusés, comme lui, de « participation au génocide ».

Un vrai déni de justice, puisqu’au Rwanda, la plupart des détenus ne répondent de pareils crimes que devant des tribunaux populaires, sans avocat.

...

Texte et photo : Béatrice PETIT
Voir sur info.catho.be
 

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 241 / 646948

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Proche-Orient   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License