missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Entretien avec Mauritz van Genechten sur le
Burkina Faso

Famille Mission N°3/4 - 2010 (Juillet - Septembre)
lundi 25 octobre 2010 par Webmaster

Le Père Mauritz Van Genechten repart pour le Burkina Faso ce 31 octobre 2010

Mauritz, quelles sont les raisons de ton retour au Burkina ?

Il y a 2 ans Mgr Lucas Sanou de Banfora m’a demandé de fonder une nouvelle paroisse dans la région où il y a des années j’avais vécu 8 ans. Cette contrée s’appelle SUBAGA.

Là-bas je connais beaucoup de gens et les villages me sont familiers. Qui plus est, la langue du coin ne m’est pas un problème. Dans cette paroisse je dois faire équipe avec deux autres prêtres diocésains. Ensemble nous allons nous occuper de l’infrastructure nécessaire, entre autre construire une église adaptée à la nouvelle assemblée paroissiale. Notre tâche sera d’en faire une communauté vivante et missionnaire.

Tout cela dans la ligne pastorale de notre jeune diocèse qui n’a que 12 ans d’existence.

En son temps cette invitation de Mgr Lucas m’avait fort intéressé et j’étais pressé de répondre « Oui ».

J’ai vraiment hâte de connaitre cette nouvelle paroisse, de rencontrer ses habitants et de me mettre à leur service.

Combien de Pères Blancs et de Sœurs Blanches sont encore actifs au Burkina ?

Début 2010, ils étaient 60 missionnaires d’Afrique. 44 Pères et 16 Sœurs.

N’oublions pas que la superficie du Burkina est de 274.200 km2 soit 9 fois la Belgique.

Quand es-tu parti pour la première fois en Afrique ?

Après mon ordination en 1964, pour des raisons inconnues et sans avoir jamais mis un pied en Afrique, ô surprise, j’ai été nommé à l’animation missionnaire en Belgique. Pas gai du tout !
Mais quelques années plus tard, après quelques années d’Afrique, j’étais de retour au pays natal pour faire encore de l’animation missionnaire. Cette fois c’était plus agréable et j’en ai gardé un bien meilleur souvenir.

Mon premier service en métropole étant terminé je suis enfin parti pour l’Afrique. J’avais toujours rêvé de la Haute Volta (actuel Burkina Faso) et, stupéfaction, voilà qu’on m’envoie au Congo… 6 années difficiles (Mulélistes, Simbas, sécession du Katanga...)

Et ensuite ?

Ensuite ? De 71 à 74, j’ai étudié la missiologie à Leuven tout en donnant un coup de main à la paroisse de Mortsel. Ce fut pour moi un temps riche et satisfaisant…

De 74 à 84 ce fut alors une période heureuse de 10 ans d’affilée dans la même paroisse de BANA, diocèse de BOBODIOULASSO. Incroyable !

Mais les belles choses ne durent jamais bien longtemps…Voilà que je me retrouve encore une fois à l’animation missionnaire en Belgique.

Lorsqu’après cette période j’ai revu le Burkina, là-bas les choses avaient bien changé et cela ne fut pas aussi facile qu’avant.

En 2003, on m’a demandé d’aller donner un coup de main à Dori, c’est là que j’ai eu des problèmes cardiaques. J’ai dû renter en Belgique pour suivre différents traitements tout en faisant du travail pastoral dans la paroisse de Merksem. Ma santé est maintenant bien meilleure.

C’est chez moi à Merksem que j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois Mgr Lucas Sanou et c’est de là que je vais bientôt repartir pour cette fondation à SUBAGA.

Je prie le Seigneur que cette nouvelle période de ma vie dure au moins quelques années.

Tous nos voeux t’accompagnent, Mauritz !

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 100 / 583521

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Témoignages - Actualités   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License