missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°38 Breuklijnen

Août - Augustus 2010
mercredi 1er septembre 2010 par J.V.

 SANTÉ

« Malaria kan met huidige middelen niet overwonnen worden »

Zo blijkt uit een nieuw wetenschappelijk model. Er moeten veel meer mensen bereikt worden dan de huidige infrastructuur toelaat, met name in Afrika.

Met de huidige infrastructuur van transport en gezondheidszorg is het onmogelijk om de ziekte in Afrika uit te roeien, zegt hoogleraar Azra Ghani, epidemioloog aan het Imperial College in London. Zijn team maakte een model van de manier waarop de huidige pogingen in de toekomst een invloed kunnen hebben op de mug die de malariaparasiet overdraagt. Momenteel worden onder meer muggennetten verdeeld, insecticiden gebruikt en geneesmiddelen toegediend.

Uit het model blijkt dat in gebieden met een gemiddelde malariabesmetting 80 procent van de mensen bereikt moet worden om de besmettingen terug te brengen tot één op honderd. Dat is een haalbare kaart, en in die gebieden kan de ziekte dus onder controle gehouden worden.

Maar het slechte nieuws is dat het in gebieden met een hoge besmettingsgraad onmogelijk is om voldoende mensen te bereiken, met name gezien de slechte infrastructuur in dergelijke regio’s.

Een verandering van de ingezette middelen is dus aan de orde, en wetenschappers denken dan vooral aan een efficiënt vaccin. Dat is dé manier om een efficiënte strijd mogelijk te maken tegen malaria in Afrika.

(IPS 13-08-2010)

Le « sachet de thé » qui pourrait sauver des millions de vies

JOHANNESBOURG, 20 août 2010 (IRIN) - Un dispositif filtrant bon marché et efficace, développé par une université sud-africaine, pourrait fournir de l’eau de boisson salubre à des millions de personnes, réduisant ainsi de façon radicale l’incidence des maladies véhiculées par l’eau, telles que le choléra et autres maladies diarrhéiques.

Ce dispositif ressemble à un sachet de thé par sa taille et sa forme et a été inventé par des microbiologistes, des scientifiques et des chercheurs dans le domaine des polymères à l’Université de Stellenbosch dans la province du Cap-Occidental en Afrique du Sud. Un brevet a été déposé et la production commerciale pourrait démarrer dès la fin de 2010.

Ce “sachet de thé” biodégradable est rempli de granules de charbon actif, tandis que la pochette – en nanofibres – est recouverte à l’intérieur de biocides qui tuent les agents pathogènes, a expliqué Marelize Botes, assistante de recherche post-doctorante à la Faculté de microbiologie de l’Université et membre de l’équipe de recherche. Mme Botes a dit à IRIN que chaque sachet pouvait transformer un litre d’eau sale en eau salubre, à moins que celle-ci ne soit contaminée par de l’eau minérale acide, contenant des taux élevés de fer, d’aluminium et d’acide, ou du pétrole, et qu’il ne pouvait pas non plus désaliniser l’eau.

Près de la moitié des quelque 680 millions d’Africains n’ont pas accès à de l’eau de boisson salubre, ce qui les rend très vulnérables à un grand nombre de maladies transmises par l’eau.

Cette technologie toute simple permet de mettre le “sachet de thé” dans un petit récipient qu’on peut insérer dans le goulot de la plupart des bouteilles ; après avoir filtré un litre d’eau contaminée, le sachet est jeté.

Selon Mme Botes, les matériaux de base de chaque sachet reviennent à moins de 0,005 dollar, mais le prix final du sachet serait déterminé en tenant compte des coûts de fabrication et de distribution.

Elle a ajouté que les agences intervenant actuellement dans les inondations au Pakistan – où comme le notait le poète Samuel Taylor Coleridge dans la Ballade du Vieux Marin, se trouve « de l’eau, de l’eau partout, mais pas une goutte à boire » - s’étaient déjà renseignées sur le sachet, mais qu’on n’en était pas encore au stade de la fabrication.

La distribution d’eau potable durant les catastrophes humanitaires ou naturelles est vitale, mais elle constitue un défi logistique énorme, parce qu’un litre d’eau pèse un kilo. Le sachet pourrait être utilisé rapidement et facilement pour satisfaire les besoins en eau salubre pendant les crises.

Le “sachet de thé” a été inventé par le Water Institute de l’Université, une initiative rassemblant plusieurs disciplines qui a pour but de s’attaquer aux besoins en eau de l’Afrique du Sud et du continent. Il est actuellement en cours de tests au Bureau des Normes sud-africain (South African Bureau of Standards).

PAKISTAN : 3,5 miljoen kinderen lopen risico op ziektes

Door de overstromingen in Pakistan lopen bijna 3,5 miljoen kinderen het risico om dodelijke ziektes op te lopen, zoals dysenterie. Het gaat vooral om ziektes die de kop opsteken omdat het water sterk vervuild is geraakt door de overstromingen. Ook buiktyfus, en hepatitis A en E vormen een risico, aldus de VN-woordvoerder Maurizio Giuliano. « Onze voornaamste zorg is water en gezondheid. Zuiver water is essentieel om dergelijke ziektes te vermijden. » De Wereldgezondheidsorganisatie maakt zich op om hulp te bieden aan 140.000 mensen, in geval cholera opduikt.

Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 837 / 847079

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License