missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Canonisation à Rome du Père Damien

DAMIEN DES PARADOXES.

11 octobre 2009
mercredi 11 novembre 2009 par F. Lambert

28e dimanche dans l’Année B
Sg 7, 7-17
Mc 10, 17-30

On peut se demander si, dans les 2000 ans d’histoire de l’Eglise, il fut un saint tellement « canonisé avant la lettre » – cette lettre est en train de se lire, en ce moment à Rome – que 5 ans après sa mort il eût sa statue. Celle de Damien, sculptée par Constantin Meunier, fut érigée à Leuven en 1894. Vous vous rendez compte : 115 ans d’anticipation du peuple chrétien.

Plus significatif est qu’une autre statue trouve sa place, en 1969, non pas dans une basilique catholique, mais au Capitole, parmi les hommes les plus en vue de l’époque, alors que lui, Damien, avait décidé d’être le dernier des derniers. Au sens le plus littéral, le plus affreux du terme.

- PREMIER PARADOXE : est inclus dans les hommes les plus grands celui qui, en s’excluant avec les exclus, s’est fait tellement petit.

- DEUXIEME PARADOXE. Choisir l’enfer et y réaliser un coin de paradis.

Le voilà arrivé. Après deux années de théologie à Leuven, il est diacre. Mais à Honolulu, son évêque lui dit et redit son besoin de prêtres pour baptiser et baptiser encore et devancer les sacrés protestants. Après trois mois de théologie, Damien est ordonné prêtre, envoyé à la paroisse de Puna où il fait des prouesses de baptême, puis à Kohala, plus étendue, pour confirmer sa victoire baptismale sur les anglicans. Pendant 9 ans, il fait cela.

Puis, il se porte volontaire pour Molokaï, colonie où sont concentrés les lépreux.

Dans une vie humaine, il peut advenir un revirement fulgurant, une réorientation fondamentale. Chez Thérèse de Calcutta, Emmanuelle du Caire, cela s’est fait à l’âge de la pension, lorsqu’il ne faut plus rien faire. Là a commencé l’œuvre de leur vie. C’est leur seconde vie.

Damien, lui, n’atteindra pas l’âge de la pension. Il meurt, dévoué aux siens jusqu’aux dernières forces et dévoré par leur maladie, à 49 ans, lui, le bloc de santé, de force paysanne, de courage neuf chaque nouveau matin.

Au contact des malades, sa vie prend une autre direction. Jésus dit : « Le soir, quand le ciel est rouge, vous savez reconnaître… » Nous venons d’entendre le livre de la Sagesse nous dire : « Savez-vous discerner ce qui vaut la peine… ? »

Damien a reconnu, a discerné. Sa mission, il la reçoit de son évêque. Il la remplit « à la damien », bulldozer d’engagement, souvent contre son évêque soucieux des sous et de l’humilité… des autres. Damien exerce son sacerdoce, mais de manière tellement humaine ! Presque aussi humaine que la vie – plus courte – de Jésus.

- TROISIEME PARADOXE. L’impossible de l’homme exprime le possible de Dieu.

En effet, à la vue des épaves humaines, des membres en lambeaux, des défigurés, des sans mains, sans pieds, sans parole, sans droits, sans terre, son sang n’a fait qu’un tour, son cœur n’a fait qu’un tour. Il se tourne tout entier, avec tout ce qu’il est, tout ce qu’il a comme talents – l’évangile de tout à l’heure – comme forces, comme imagination, tendresse, capacité d’aimer, vers eux.

Il se fait « tout à tous ». 0ui, il se fait tout : menuisier, maçon, architecte, inventeur, urbaniste, homme des pompes funèbres, fossoyeur, infirmier, soignant, cobaye de nouveaux médicaments, jardinier, cultivateur, animateur de jeunes, responsable d’orphelinat, footballeur, dirigeant de fanfare, organisateur de jeux publics, prêtre, proche, consolateur, confident, prophète œcuménique, frère de ses sœurs et de ses frères affreusement atteints dans leur belle polynésienne humanité.

Combien de vies y faut-il ? Une seule, pendant 17 ans, jusqu’à ce que l’inexorable maladie le fauche à 49 ans. Combien d’amour y faut-il ? Autant que l’Esprit de Dieu peut mettre dans un cœur d’homme. Alors – je réfère à l’évangile – « le possible de Dieu cesse d’être l’impossible de l’homme » !

- QUATRIEME PARADOXE. Mes ‘ennemis’ m’aident, mes ‘amis’ me trahissent.

Pour réussir cet impossible, Damien a fait appel largement, mondialement. Tout comme il ne faisait aucune distinction entre malades catholiques, anglicans, protestants, de religion traditionnelle ou sans religion aucune, de même il sollicitait l’aide de n’importe qui. De même les rares visiteurs sur l’île, de quelque bord fussent-ils, avaient remarqué l’inénarrable dévouement de cet homme. Ainsi sa renommée s’étendit et les dons se multiplièrent. Et prirent le chemin direct de Molokaï. Sans passer par l’évêque et sous le nez du supérieur. D’où, coups de crosse, griefs, reproches. Damien a beaucoup souffert de ceux qui devaient le soutenir. Autant il se sent dans son île exclu par les gens bien-portants, autant se sent-il exclu dans son Eglise par les supérieurs bien pensants. Quel gâchis ! Anglicans et protestants se sont mis à le seconder, les catholiques à le démolir. Il faut lire les articles de ce temps-là.

On dit : œcuménisme avant la lettre. Je dis : œcuménisme de toujours. Aujourd’hui aussi, le clivage passe à l’intérieur des Eglises et même des religions, entre ceux qui appartiennent à l’Institution et ceux qui appartiennent aux hommes ; entre ceux qui sont d’hier et ceux qui sont de demain, déjà.

-  PARADOXE FINAL… sans fin. Et à la fois BONNE NOUVELLE… sans fin.

Jésus dit à ceux qui le suivent – à nous donc - : « Etre sauvé, (libéré, intégré dans le Royaume, bâtisseur d’humanité), pour les hommes cela est impossible, mais pas pour Dieu ; car tout est possible à Dieu. »

Tout à l’heure, j’ai retraduit cette phrase. Parce que la vie débordante de Damien montre bien ceci :

A partir de Dieu, l’impossible de l’homme se fait le possible de l’homme !

Pour Damien.

Pour chacune, pour chacun de nous !

Fernand LAMBERT

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 103 / 583003

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Croire aujourd’hui   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License