missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°25 Breuklijnen

Juillet - Juli 2009
jeudi 16 juillet 2009 par J.V.

 Un film à voir : LET’S MAKE MONEY

Du Burkina Faso (où la production de coton ne peut s’écouler en raison des primes que les Occidentaux allouent à leurs propres producteurs), à l’Inde (où un industriel autrichien demande à ses ouvriers sous-payés de faire des heures supplémentaires gratuitement), en passant par les paradis fiscaux, la city londonienne ou les banques suisses, Erwin Wagenhofer fait un tour du monde des scandales économiques qui n’ont pour but que d’enrichir
quelques-uns au détriment de la collectivité.

Le réalisateur de We feed the world tourne un documentaire militant, véritable procès du néo-libéralisme. En donnant tour à tour la parole à un “assassin financier” dont la mission était d’endetter des nations au profit des USA, un expert dans le rachat d’entreprises qui se moque du coût social, un investisseur (avec l’argent de nos fonds de pension…) qui estime n’être “pas responsable de l’éthique, de la pollution ou de quoi que ce soit que produise la compagnie dans laquelle il investit, ce n’est pas son boulot”,
ou encore un député allemand qui trace le parallèle entre notre situation et celle qui a mené à la Seconde Guerre mondiale…

Comment, en moins de deux heures, faire comprendre les enjeux du capitalisme financier ? Dans « Let’s Make Money » (Faisons du fric !), le propos d’Erwin Wagenhofer est bien de démonter les rouages complexes d’un système qui s’est emballé ces dernières années. Très documenté, le film offre une porte d’entrée dans le monde de ceux qui dirigent la planète avec ou par-delà les gouvernements

Pour mettre en images son sujet, Wagenhofer a choisi de filmer la mondialisation à l’œuvre, tournant sa caméra en Asie, en Afrique, aux Etats-Unis, en Europe, il enregistre ainsi le réel pour, par un effet de montage, produire des contrastes saisissants. Contrastes entre des images d’ouvriers s’éreintant pour une croûte de pain et le discours posé des décideurs occidentaux, tous plus cyniques les uns que les autres. La grande force du cinéaste autrichien, c’est en effet la préparation de ses interviews, le casting de ses intervenants - notamment cet « assassin financier » américain, dont le témoignage est accablant pour la politique étrangère US - et surtout une grande capacité d’écoute. La critique radicale du capitalisme financier mise en place n’en est souvent que plus forte, car elle semble venir du système lui-même.

Ces quelques exemples, piochés ici ou là sur le globe, finissent par construire un tout aussi cohérent qu’effrayant. Et en donnant la parole au président de la Société du Mont Pèlerin, organisation d’économistes et de penseurs, Wagenhofer explique clairement comment se sont mises en place les structures du néolibéralisme à la fin des années 70 : dérégulation,
libéralisation, affaiblissement de l’Etat et privatisations. Car ces principes avec lesquels ont vit aujourd’hui ne se sont pas imposés tout seuls. Il a fallu peser sur les gouvernements Reagan aux Etats-Unis et Thatcher en Grande-Bretagne. Dans la foulée, FMI et la Banque mondiale achevaient d’officialiser le pillage des ressources du Sud.

« Let’s Make Money » brosse un portrait le plus précis possible du système financier international pour tenter d’expliquer les circuits de l’argent, via les paradis financiers, à travers les « produits » financiers. Et l’on mesure pleinement le sens des mots mondialisation et globalisation, et les conséquences désastreuses qui les accompagnent, sociales ou
environnementales. Wagenhofer promène, notamment, sa caméra dans les rues vides de ces complexes immobiliers qui poussent comme des petits pains sur la Costa del Sol (800 000 logements par an) et dont les appartements de luxe ne sont pas destinés à être habités, mais à servir d’investissements pour les banques. Résultat de cette bulle immobilière : 800 terrains de golf ont ainsi vu le jour en plein désert. Pour une consommation en eau équivalente à
une ville de 16 millions d’habitants...

(texte composé à partir des commentaires de La Libre Belgique et de la
Dernière Heure sur http://www.cinebel.be/fr/film/critique/1004191-Let-s-make-money/ )

Le film passe actuellement au cinéma ACTOR’S STUDIO,
Petite rue des Bouchers – Korte Beenhouwersstraat 16, à 16h35
Voir : www.cinenews.be/Movies.Detail.cfm?MoviesID=7135&lang=fr
Tél. 02-512.16.96

Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 512 / 813433

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License