missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
USA - Monde Musulman

Un nouveau départ

Discours au Caire de Barak Obama
mardi 9 juin 2009 par G.Verbist, mafr.

Le président américain BARACK OBAMA a prononcé un discours le 4 juin 2009 à l’université El Azhar du Caire (Egypte) où il préconise un nouveau départ avec les musulmans de par le monde.

Extraits

« … les tensions ont été nourries par le colonialisme qui a privé beaucoup de musulmans de droits et de chances de réussir… »

« … les mutations de grande envergure qui sont nées de la modernité et de la mondialisation ont poussé beaucoup de musulmans à voir dans l’Occident un élément hostile aux traditions de l’islam. »

« Tant que notre relation restera définie par nos différences, nous donnerons du pouvoir à ceux qui sèment la haine et non la paix et qui encouragent le conflit au lieu de la coopération… C’est ce cycle de la méfiance et de la discorde qui doit être brisé. »

Al Azhar« Je suis venu ici au Caire en quête d’un nouveau départ…, un départ fondé sur l’intérêt mutuel et le respect mutuel… L’Amérique et l’islam se recoupent et se nourrissent de principes communs, à savoir la justice et le progrès, la tolérance et la dignité de chaque être humain. »

« … nous devons dire ouvertement entre nous ce que nous recelons dans notre cœur et que trop souvent nous n’exprimons qu’à huis clos. Nous devons consentir un effort soutenu afin de nous mettre à l’écoute et d’apprendre les uns des autres  ; de nous respecter mutuellement et de rechercher un terrain d’entente . Comme le dit le Saint Coran ‘ Crains Dieu et dis toujours la vérité ‘ ».

« … la liberté en Amérique est indissociable de celle de pratiquer sa religion. C’est pour cette raison… qu’on dénombre plus de mille deux cents mosquées sur notre territoire. C’est pour cette raison que le gouvernement des Etats-Unis a recours aux tribunaux pour protéger le droit des femmes et des filles à porter le hijab (foulard) et pour punir ceux qui leur contesteraient ce droit. Le doute n’est pas permis : l’islam fait bel et bien partie de l’Amérique…. Nous aspirons tous à la même chose – vivre dans la paix et la sécurité ; faire des études et travailler dans la dignité ; aimer notre famille, notre communauté et notre Dieu. C’est cela que nous avons en commun. C’est l’espoir de l’humanité tout entière. »

« L’histoire de l’humanité est trop souvent le récit de nations et de tribus – et admettons-le, de religions – qui s’asservissent en visant leur propre intérêt. Mais dans cette ère nouvelle, une telle attitude est autodestructrice. Au vu de notre interdépendance tout ordre mondial qui élève un pays ou un groupe d’individus au détriment d’un autre est inévitablement voué à l’échec. Quelle que soit notre opinion du passé, nous ne devons pas en être prisonniers. Nous devons régler nos problèmes par le biais du partenariat et partager nos progrès. Il ne faut en conclure que nous devrions faire sembler d’ignorer les sources de tension. C’est l’inverse qui nous est suggéré : nous devons affronter carrément ces tensions. »

(Concernant l’extrémisme violent sous toutes ses formes)

« A Ankara, j’ai fait clairement savoir que l’Amérique n’est pas – et ne sera jamais – en guerre contre l’islam. En revanche, nous affronterons inlassablement les extrémistes violents qui font peser une menace grave sur notre sécurité. Parce que nous rejetons ce que rejettent les gens de toutes confessions : le meurtre d’hommes, de femmes et d’enfants innocents… Assurément, aucun d’entre nous ne doit tolérer ces éléments extrémistes. Ils ont faits des morts dans beaucoup de pays. Ils ont tué des gens de toutes religions – et surtout des musulmans. Leurs actions sont irréconciliables avec les droits de l’homme, le progrès dans nations et l’islam. Le Saint Coran nous enseigne que quiconque tue un innocent tue l’humanité tout entière, et que quiconque sauve quelqu’un, sauve l’humanité tout entière. La foi enracinée de plus d’un milliard d’habitants de la planète est tellement plus vaste que la haine étroite de quelques-uns »….

(Concernant la liberté de religion)

« L’Islam a une tradition de tolérance dont il est fier. Nous le constatons dans l’histoire de l’Andalousie et de Cordoue pendant l’Inquisition. Je l’ai constaté de première main pendant mon enfance en Indonésie, où des Chrétiens dévots pratiquaient ouvertement leur religion dans un pays à prépondérance musulmane. C’est cet esprit qu’il nous faut aujourd’hui. Les habitants de tous les pays doivent être libres de choisir et de vivre leur religion d’après leur conviction d’esprit, de cœur et d’âme. Cette tolérance est essentielle pour que la religion puisse s’épanouir, or elle est assaillie de plusieurs façons différentes.

Parmi certains musulmans, on constate que certains ont malheureusement tendance à mesurer leur propre croyance à l’aune du rejet des croyances d’autrui. Il faut soutenir la richesse de la diversité religieuse, que ce soit pour les Maronites au Liban ou les Coptes en Egypte. Et pour être francs, il faut aussi mettre fin aux divergences entre les musulmans, car les divisions entre les sunnites et les chiites ont provoqué des violences tragiques, tout particulièrement en Irak.

La liberté de religion joue un rôle crucial pour permettre aux gens de vivre en harmonie. Nous devons toujours examiner les façons dont nous la protégeons... Il importe que les pays occidentaux évitent d’empêcher les musulmans de pratiquer leur religion comme ils le souhaitent, par exemple, en dictant ce qu’une musulmane devrait porter (il s’agit ici d’habits). En un mot, nous ne pouvons pas déguiser l’hostilité envers la religion sous couvert de libéralisme.

De fait, la foi devrait nous unir. C’est pour cette raison que nous sommes en train de créer de nouveaux programmes de service communautaire en Amérique qui réunissent des chrétiens, des musulmans et des juifs. C’est également pour cette raison que nous nous réjouissons des initiatives telles que le dialogue interreligieux du roi Abdallah d’Arabie Saoudite et le leadership de la Turquie dans l’Alliance des civilisations. A travers le monde, nous pouvons transformer le dialogue en un service interreligieux de sorte que les ponts entre les êtres humains mènent à des actions en faveur de notre humanité commune, que ce soit pour lutter contre le paludisme en Afrique ou pour fournir des secours après une catastrophe naturelle. »

(Concernant les droits des femmes)

« Je rejette l’opinion de certains selon laquelle une femme qui choisit de se couvrir la tête est d’une façon ou d’aune autre moins égale, mais j’ai la conviction qu’une femme que l’on prive d’éducation est privée d’égalité. Et ce n’est pas une coïncidence si les pays dans lesquels les femmes reçoivent une bonne éducation connaissent bien plus probablement la prospérité. Je tiens à préciser une chose : les questions relatives à l’égalité des femmes ne sont absolument pas un sujet qui concerne uniquement l’Islam. En Turquie, au Pakistan, au Bangladesh et en Indonésie, nous avons vu des pays à majorité musulmane, élire une femme à leur tête, tandis que la lutte pour l’égalité des femmes continue dans beaucoup d’aspects de la vie américaine, dans les pays du monde entier... Je ne crois pas que les femmes doivent faire les mêmes choix que les hommes pour assurer leur égalité, et je respecte celles qui choisissent de suivre un rôle traditionnel. Mais cela devrait être leur choix... »

(Conclusion)

« ... Nous partageons tous cette planète pendant un court instant. A nous de décider si nous passons ce temps à nous concentrer sur ce qui nous sépare ou si nous nous engageons à faire ce qu’il faut – de façon soutenue - pour trouver un terrain d’entente, pour nous concentrer sur l’avenir que nous désirons pour nos enfants, et pour respecter la dignité de tous les êtres humains. Tout ceci n’est pas simple. Il est plus facile de se lancer dans une guerre que de faire la paix. Il est plus facile de blâmer autrui que de s’examiner soi-même ; il est plus facile de voir ce qui nous distingue, plutôt que ce que nous avons en commun. Mais il faut choisir le bon chemin, et non le plus facile. Il y a une règle essentielle qui sous-tend toutes les religions : celle de traiter les autres comme nous aimerions être traités. Cette vérité transcende les nations et les peuples. C’est une croyance qui n’est pas nouvelle, qui n’est ni noire ni blanche ni basanée, qui n’est ni chrétienne ni musulmane ni juive. C’est une foi qui a animé le berceau de la civilisation et qui bat encore dans le cœur de milliards d’êtres humains. C’est la foi dans autrui et c’est ce qui m’a amené ici aujourd’hui. Nous avons le pouvoir de construire le monde auquel nous aspirons, mais seulement si nous avons le courage de prendre un nouveau départ, en gardant à l’esprit ce qui a été écrit.

Le Saint Coran nous dit : « Ô hommes ! Nous vous avons créés mâle et femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. »

Le Talmud nous dit : « Toute la Torah a pour objectif de promouvoir la paix. »

La Bible nous dit : « Bienheureux les artisans de paix : ils seront appelés fils de Dieu. »

Les habitants du monde peuvent cohabiter en paix. Nous savons que telle est la vision de Dieu. C’est maintenant notre tâche sur cette Terre. Je vous remercie et que la paix Dieu soit avec vous... »

(Le texte en entier : http://topactu.net/?p=242 )

Réactions

De nombreux médias se sont penchés sur ce discours. Tous sont obligés de reconnaitre qu’un vent nouveau souffle à la Maison Blanche.

- Vatican, le 5 juin 2009 : L’Osservatore Romano a « beaucoup apprécié » le discours d’Obama. Cette intervention au Caire a été jugé « très importante » pour les rapports entre les USA et le monde islamique, mais dans une perspective de paix internationale.

- Le site musulman islamonline : « Le discours d’Obama marque la fin de l’ère du 11 septembre ».

- Aljazeera English évoque un Obama qui « veut changer le monde musulman ».

- In Washington Post, par imam Feisal Abdul Rauf : « Son discours a marqué un changement majeur dans la politique étrangère américaine. Obama lance un appel direct à la religion pour construire la paix dans le monde, résoudre le conflit israélo-palestinien, mettre fin à la prolifération nucléaire et au terrorisme ».

- Le Monde souligne qu’Obama « reconnaît la dette de la civilisation à l’islam ».

- The Time Magazine (UK) parle d’un « Making of a Prophet » (réalisation d’un Prophète).

- Le Bild et la Corriere della Serra parlent de « paix » et de « réconciliation ».

- Tariq Ramadan (www.tariqramadan.com ) nous engage (avec toutes les précautions d’usage) à prendre Obama aux mots. Il dit qu’Obama « exprime une vision à la fois positive et exigeante ». Tariq prône en retour un changement réciproque des musulmans. « Il est impératif que les musulmans prennent Obama aux mots et, au lieu d’adopter une attitude passive ou victimaire, de contribuer à un monde meilleur en étant autocritiques et critiques, humbles et ambitieux, cohérents et ouverts  ».

- Fouad Bahri, écrivain (8 juin 2009) parle des mirages de l’Obamania :

  • « Politiquement, la quasi totalité des gouvernements du monde musulman sont autocratiques, dictatoriaux et pour une bonne part d’entre eux, en allégeance totale aux USA.
  • Economiquement ils sont gangrénés par la corruption, le clientélisme, affaiblis par une dépendance patente à leurs hydrocarbures et l’absence d’autosuffisance au niveau des biens de consommation en particulier alimentaires... un monde qui s’enrichit, sans redistribuer.
  • Culturellement, le monde musulman est globalement toujours en sommeil. Tant qu’ils ne sortiront pas de l’ornière de l’histoire où ils se sont réfugiés, ils resteront ce qu’ils sont : les valets de son développement, qu’ils subiront sans y prendre part ».

Et Fouad de dire : « Que doit-on dire du discours d’Obama ? Rien, précisément. Il n’y a rien à dire du discours d’Obama ». « De l’Obamania au scepticisme. Ce devoir de scepticisme nous semble d’ailleurs confirmé par les premiers faits, seuls indicateurs réels de la politique. Et rien ne semble indiquer que celles des USA ait changé ». Fouad fait allusion à Guantanamo, aux tortures exercées par les militaires américains, sans poursuites judiciaires, interdiction de publication de photos, bombardements aveugles en Afghanistan, etc...

Antwerpen, 8 juin 2009.
G.Verbist, mafr.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 102 / 582713

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Dialogue   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License