missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Chrétiens, Musulmans et Hindous

Feuilles Vertes 04-09

Annexe Nuntiuncula n° 655
samedi 18 avril 2009 par G.Verbist, mafr., Webmaster

 Le portrait des musulmans en terre d’Occident

L’Islam est la seconde religion dans le monde après le Christianisme. Les musulmans sont principalement en Asie, en Afrique et en Europe. Une estimation sérieuse chiffre les musulmans en Occident à 20 millions.

Quatre pays, en l’occurrence la France, les U.S.A., l’Allemagne et la Grande-Bretagne, regroupent 2/3 de ces musulmans d’Occident. De ces 20 millions, il y a en France 24,6 % ; aux U.S.A. 21,9 % ; en Allemagne 15,9 % ; en Grande-Bretagne 8,4 % ; aux Pays-Bas 4,9 % ; en Espagne 4,6 % ; en Italie 4 % ; en Belgique 2 % ; en Grèce 1,6 %. L’Espagne et la Grèce comptent une population musulmane séculaire. Dans les autres pays ils sont arrivés essentiellement par l’immigration.

La communauté musulmane représente environ 3,5 % de la population totale de l’Union européenne.

D’après une étude (en 2007) sur l’intolérance des Occidentaux (ici exprimée en %) à l’encontre des musulmans, on remarque que le Canada (6,5 %) et le Portugal (7,6 %) sont les pays les plus accueillants pour eux, alors que la Grèce (20,9 %) et la Belgique (19,6 %) sont les moins tolérantes.

Question d’islamophobie en Occident, ce sont les pays scandinaves et nordiques qui sont en tête : Danemark, Pays-Bas, Suède, Islande, Belgique (62,9 %) , France, Finlande…

En Belgique le chômage touche 5 fois plus les Turcs et les Marocains que l’ensemble de la population.


L’empathie et l’ouverture à l’autre sont des gages de la bonne santé d’une société moderne, égalitaire et tournée vers l’avenir.


Ahmed Bensaada,03.04.09.


 Guinée-Bissau. Chrétiens et musulmans unis pour « la vérité et la paix »

Après la mort du chef d’état Joâo Bernardo Vieira, tué en mars dernier, ce 3 avril 2009, les communautés catholiques, évangéliques et musulmanes, pour la première fois d’une seule voix, invitent le pays au calme. Le document commun a pour titre « Qui sème le vent récolte la tempête, qui sème la vérité récolte la paix ».
Elections présidentielles annoncées pour le 28 juin prochain.

Prions pour la paix dans ce pays !

 Traduction du CORAN avec un dictionnaire complet du Coran.

Malek Chebel, philosophe et anthropologue, spécialiste de l’islam, a voulu combler un vide en donnant la profondeur historique et intellectuelle au texte sacré des musulmans. Le dictionnaire est encyclopédique. « Ma traduction du Coran est accessible à tous, moderne et documentée, sans jamais trahir ou transformer quoi que ce soit » (M.C.)

  • « Le Coran » traduit par Malek Chebel. Fayard, 27 mai 2009, 500 p.
  • « Dictionnaire encyclopédique du Coran » Malek Chebel. Fayard, 27 mai 2009, 750 p. Les deux ouvrages +- 50€
X X X X X X X X X

 L’ INDE

Les heurts entre hindous et sikhs, entre hindous et musulmans, et entre hindous et chrétiens sont fréquents. C’est une montée du fondamentalisme hindou et l’apparition d’un islamisme indien qui menacent dangereusement l’unité du pays. L’hindouisme représente la grande majorité du pays, 80 % . Les sikhs sont 2,1 % de la population et les chrétiens 2,3 %. Les musulmans (154 millions) forment la troisième plus grande communauté musulmane du monde. Chrétiens et musulmans indiens sont perçus comme des étrangers. La constitution interdit toute discrimination fondée sur la religion, mais elle réduit les non-hindous au statut de « minorité ».

Le texte du chemin de croix du vendredi saint au Colisée à Rome a été écrit par Mgr. Thomas Menamparampil, évêque indien. Dans son texte la persécution des chrétiens est centrale. Lui-même cherche une issue aux querelles interreligieuses dans le nord de son pays.

Livres :

  • « Un milliard d’hindous, histoire, croyances, mutations » Ysé Tardan-Masquelier. Albin, 2007.
  • « Les chrétiens de l’Inde, entre castes et Eglises » Catherine Clementin-Ojha . Albin, 2008.

 Connaître et reconnaître nos déficiences

Son Em. Nicolas de Cues (+ 1464), cardinal, évêque et théologien éminent, a écrit en 1453 (après la chute de Constantinople le 29 mai 1453 et l’expansion de l’empire Ottoman) :


« Etre religieux c’est être orienté intérieurement vers la vérité divine. Les différentes religions sont donc des partenaires, et de cette façon elles sont unies. Leurs traditions et leurs écrits réfèrent à l’infinité de Dieu, qui leur échappe. Elles reconnaissent cela. La meilleure tradition est celle qui est davantage consciente de sa déficience envers Dieu. Les représentants des différentes religions devraient apprendre les uns des autres leur déficience de la connaissance de Dieu. Ainsi ils pourraient découvrir ce qu’elles sont en réalité : orientées vers la vérité mais sans la posséder pour autant. »

En d’autres termes : Les yeux des étrangers à ma religion m’obligent à reconnaître les déficiences de ma propre vision religieuse.

Le Concile Vatican II se relie à cette vision, quand il dit que la liberté religieuse est basée sur la tendance et le devoir de tous les hommes de rechercher la vérité (cf. la déclaration « Dignitatis humanae »).

(in ID, avril 2009,Pays-Bas)


 

JPEG - 9.5 ko
Dans la collection « Que penser de...? »
Edit.Fidélité. Namur
« Le dialogue interreligieux »
de Geneviève Comeau.

Cette théologienne engagée s’emploie à répondre aux questions sur l’interreligieux.

Livret simple, langage clair. 85 pages. 7.55 €

 

GROUPE RENCONTRE,
par G.Verbist, mafr.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 196 / 591698

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Dialogue   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License