missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Burkina Faso

Attaque d’une église au Burkina

vendredi 17 mai 2019 par Webmaster

Six personnes, dont un prêtre, ont été tuées, ce dimanche matin 12 mai, dans le nord du Burkina Faso. Des dizaines d’assaillants ont attaqué l’église catholique de Dablo, pendant la messe. Puis, ils s’en sont pris à des quartiers de la ville faisant des blessés et des dégâts matériels. Une action unanimement condamnée par le gouvernement et l’opposition.


Cette attaque a été unanimement condamnée au Burkina Faso par les autorités, à commencer par le chef de l’État. Pour le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, « elle est inacceptable », a-t-il écrit. …

Mais il invite les populations au calme et à la retenue. Il salue d’ailleurs l’esprit de solidarité et la tolérance inter-religieuse qui a toujours été prônée par les différents responsables religieux du pays.

Le président de l’Union pour le progrès souligne également que la nouvelle tactique des terroristes consiste à diviser les Burkinabè, à les opposer pour mieux les combattre. Il demande donc à ses compatriotes d’éviter ce piège, en travaillant à renforcer la tolérance et la solidarité agissante qui ont toujours caractérisé les relations entre toutes les confessions religieuses du pays.

Des précédents

Ce n’est pas la première fois qu’une communauté religieuse ou un lieu de culte fait l’objet d’une attaque au Burkina Faso. Il y a quelques jours, des individus armés non identifiés ont attaqué l’église protestante de Silgadji, tuant quatre fidèles et le pasteur principal.

Les attaques ciblent régulièrement des responsables religieux, principalement dans le nord du pays. À la mi-mars, l’abbé Joël Yougbaré, curé de Djibo, a été enlevé par des individus armés. Le 15 février dernier, le père César Fernandez, missionnaire salésien d’origine espagnole, a été tué lors d’une attaque armée attribuée à des jihadistes à Nohao, dans le centre-est du Burkina.

En mai 2018, le catéchiste Mathieu Sawadogo et son épouse avaient été enlevés à Arbinda puis relâchés le 14 septembre. Avant eux, Pierre Boena, pasteur de l’église protestante de Béléhouro avait également été enlevé puis remis en liberté, en juin 2018. Tout cela fait dire au gouvernement et aux observateurs que la nouvelle stratégie des groupes armés est de passer par le canal religieux pour diviser les populations.

Les groupes djihadistes de plus en plus implantés

Le Burkina Faso est confronté depuis quatre ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières, attribuées à des groupes djihadistes, dont Ansarul Islam, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) et l’organisation Etat islamique au Grand Sahara (EIGS).

Dans la région sahélienne du Burkina Faso, des groupes armés, soutenus par des organisations djihadistes, contrôlent des territoires de plus en plus étendus. Selon « Armed Conflict Location & Event Data Project » (ACLED), une ONG basée aux Etats-Unis, depuis novembre 2018, les pertes civiles dans ce conflit de basse intensité s’élèverait déjà à plus de 500 morts.

Les obsèques des six chrétiens

Les obsèques de l’abbé Siméon Yampa et de cinq fidèles de la paroisse de Dablo, dans le Centre-Nord du Burkina Faso, ont été célébrées lundi matin 13 mai 2019, suivies de l’inhumation au cimetière chrétien de Dablo.

Mgr Théophile Nare, nouvel évêque de Kaya, dont fait partie la paroisse de Dablo à 90 km, écrit dans un communiqué que l’abbé Siméon Yampa et ses compagnons sont des « martyrs de la foi ».


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 34 / 824059

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Burkina Faso   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License