missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Burkina Faso

Le miraculeux balai burkinabé

Mario Giro
dimanche 25 novembre 2018 par Webmaster

Il y a quatre ans, les cinq ans et plus de règne de Blaise Compaoré ont été « balayés » par le « printemps » qui s’était abattu sur les places des villes du Burkina Faso. Un cas exemplaire, pas unique en Afrique, de la capacité de la société civile organisée.

L’association sénégalaise ‘’Y’en a Marre’’ est peut-être la plus structurée parmi les organisations de la société civile africaine aujourd’hui. Mais pas la seule. Une autre réussite du civisme africain est celle du ‘’Balai Citoyen’’ du Burkina Faso, qui a su mobiliser les jeunes et les étudiants jusqu’à la chute du Président Blaise Compaoré.

Contrairement à l’effervescence sénégalaise, au Burkina tout semble calme, les villes, les gens, les rues. En réalité, c’est un pays avec une longue tradition « mouvementiste ». Le premier coup d’Etat, en 1966, était une réaction à l’insurrection populaire des syndicats contre le régime de Yaméogo accusé de corruption et de népotisme. Les militaires se sont disputés le pouvoir jusqu’en 1983 quand Thomas Sankara, depuis lors consacré par le mythe, est apparu. Pendant près de cinq ans, Sankara a tenté de changer le pays (auquel il change le nom : de Haute Volta en Burkina Faso, « le pays de l’homme intègre ») en adoptant les diktats marxistes et maoïstes. Il a été tué lors d’un putsch réalisé par son second, Compaoré.

Malgré la rigueur de sa politique, Sankara reste aujourd’hui encore légendaire pour son austérité de vie, son indépendance et sa simplicité idéologique, au même titre que Lumumba, Cabral ou Che Guevara. Au contraire, Compaoré est un pragmatiste qui conduit prudemment le Burkina - un Etat sahélien pauvre - à travers les malheurs du libéralisme, de la mondialisation et du terrorisme sahélien.

Même si le pays se stabilise et acquiert son statut international, la fin de Sankara ne sera jamais pardonnée à Compaoré, ainsi que le népotisme et les profits illégaux. Il est également entaché par le cas noir de l’assassinat du journaliste de l’opposition Norbert Zongo en 1998. Contrairement à Sankara, il n’a jamais été aimé, peut-être respecté mais finalement détesté. En mai 2014, le président, avec plus de 25 ans de pouvoir, fait un geste risqué qui agit comme un détonateur : modifier la Constitution pour obtenir un nouveau mandat.

La rupture avec les jeunes générations est immédiate : des milliers de personnes descendent dans la rue, d’abord à Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du pays, puis à Ouagadougou, la capitale, et ailleurs. Tout le monde tient un balai africain en raphia : c’est la naissance du balai citoyen qui veut « balayer » la corruption et le népotisme. C’est un crescendo jusqu’en octobre, quand un million de jeunes sont dans les rues de Ouagadougou pour crier « touche pas à ma Constitution » ! Même l’opposition politique est décontenancée et tente de récupérer le mouvement.

La réforme est retirée, mais les jeunes veulent maintenant que Compaoré parte. Le 30 octobre, ils attaquent et incendient le Parlement, les bureaux de la télévision, les bureaux du parti au pouvoir, les maisons des puissants, etc. et le gouvernement de la capitale du pays. Accablé par les événements, le 31 octobre, le président démissionne et quitte le pays. Balai Citoyen a gagné, mais n’entre pas au gouvernement : il se constitue comme chien de garde des nouveaux dirigeants avec la devise : « Regarder, organiser le combat, promouvoir la conscience civique. »

Mario Giro est professeur de relations internationales. Ancien vice-ministre des Affaires étrangères et responsable des relations internationales de la Communauté de Sant’ Egidio. Expert en médiation et facilitation dans les conflits armés, coopération internationale et développement, Afrique, Moyen-Orient et Amérique latine. Auteur de divers essais et collaborateur de nombreux magazines, il a récemment publié pour Mondadori «  La globalizzazione difficile ».

16 novembre 2018
 

Texte original en italien sur “NERO SU BIANCO” • IL BLOG DI AFRICA


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 23 / 765813

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Burkina Faso   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License