missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

L’agir chrétien dans le monde

Joseph Moingt
mercredi 21 février 2018 par Webmaster

Dans son livre « Esprit, Eglise et Monde », Joseph Moingt tente de définir un témoignage de l’Evangile au service du monde. Il essaie de trouver la forme d’Eglise à mettre en chantier pour une annonce de l’Evangile ajustée au monde d’aujourd’hui. Il insiste sur le rôle de chaque chrétien dans cette annonce.

L’Église n’existe pas pour elle seule, mais pour aller au monde ; son être-pour-soi n’est pas indépendant de son être-au-monde et pour le monde, car elle a reçu l’existence de l’ordre de le parcourir que lui a donné Jésus.

Dès sa naissance, elle a pris conscience de sa foi et l’a confessée en s’affrontant au monde juif, qui ne reconnaissait pas Jésus en tant que Christ et au monde païen qui ne connaissait pas le Dieu de Jésus. Or, à l’époque présente, une bonne partie de l’humanité ne le connaît pas davantage ou à peine ou refuse d’en entendre parler, et une notable partie des terres anciennement christianisées l’a oublié ou rejeté. Il ne suffira donc pas de reprocher au monde ses mœurs, comme le magistère de l’Église l’a souvent fait dans le passé, ni de lui proposer de l’aide pour repousser les maux qui l’assaillent, comme l’a fait Vatican ll. Il faudra s’y employer, certes, mais pas sous le mode de la diatribe ni au titre d’une compétence qui nous serait propre, et pas avant d’avoir essayé de faire comprendre au monde en termes intelligibles pour lui, quel Dieu nous envoie, quel maître nous suivons, de quelle source nous tirons le secours que nous lui offrons.

Nous devrons avant tout réfléchir au langage que nous lui tiendrons, un langage apte à redonner sens au nom de Dieu, à humaniser le visage de Jésus et son souci du salut des pécheurs, à rendre attractive et concrète la « bonne nouvelle » de l’Évangile.

Mais qui saura parler au monde la langue qu’il est capable d’entendre, comme il est arrivé aux apôtres inspirés par l’Esprit saint le jour de la Pentecôte ? Le pape et les évêques sont trop habitués au langage de la tradition proféré avec autorité, et qui se soucie de les écouter à moins que leurs propos ne soient colportés par les médias ? Les prêtres sont absorbés par les besoins du culte, et leur nombre ne tardera pas à être insuffisant pour y faire face.

Restent les laïcs, et ne disons pas faute de mieux, car ils sont tout désignés pour remplir la charge de la mission : ils vivent au milieu des gens du monde, affairés aux mêmes tâches, affectés par les mêmes soucis, partageant les mêmes manières, héritées de la modernité, de penser, de sentir et de parler, et avant tout parce que vivant dans le monde, c’est leur premier devoir de témoigner de leur foi devant lui et de se mettre à son service dans l’esprit de l’Evangile.

Mais pour avoir des chances d’être écoutés avec l’attention que requiert la parole de Dieu dont ils seront porteurs, il faudra qu’ils puissent parler au monde avec la même liberté que l’Esprit de Jésus inspira aux apôtres et que leur mission soit authentifiée par l’autorité de l’Église. C’est à ce point de notre recherche que se posera, dans la foi, le problème de l’articulation du sacerdoce commun du peuple de Dieu, autre face de la liberté reçue de l’Esprit, initialement affirmé dans le discours des apôtres, et de la constitution hiérarchique de l’Église, survenue plus tard pour les besoins de l’implantation de l’Évangile dans le monde.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 25 / 705249

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Croire aujourd’hui   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License