missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Le Père Dominique Nothomb

décédé à Ouagadougou le 9 novembre 2008
mercredi 12 novembre 2008 par André-L. Simonart
Dominique est né le 22 juin 1924 à St Josse-ten-Noode. Après ses études secondaires à Neufchâteau et au Collège Cardinal Mercier à Braine l’Alleud, il entre chez les Pères Blancs en septembre 1941. Il étudie pendant deux ans la philosophie à Thy-le-Château. En 1944 il est à Bruges pour son noviciat. Ensuite il passera quatre ans à Heverlee, où le 6 avril 1947 il fait son serment. Le 29 mars 1948 il y est ordonné prêtre.

Après son ordination Dominique étudie la théologie dogmatique chez les Dominicains à Rome pendant deux ans. En septembre 1950 il commence à enseigner la théologie à Heverlee. Il y passera quatre ans. Ensuite il est nommé supérieur à Thy-le-Château.

Dominique arrive au Rwanda en septembre 1956. Pendant 21 ans il y déploiera une activité débordante. Lui-même résumera ces années en ces termes : « J’y [au Rwanda] ai vécu vingt-et-une années merveilleuses… En vingt-et un an j’ai eu dix-neuf affectations différentes : prêtre en paroisse, professeur de théologie ou de religion dans diverses écoles, directeur d’école, prédicateur, aumônier de religieux – religieuses, formateur, juge du Tribunal ecclésiastique, délégué aux relations œcuméniques, responsable des émissions religieuses, que sais-je encore. » Ajoutons à cette liste, la publication d’une biographie de Mgr Deprimoz et celle de son livre fort connu « Un humanisme africain, valeurs et prières d’attente » (1964).

En ’65 – ’66 il est supérieur général des Frères Bayozefiti du Rwanda. Il participera à deux chapitres de la Société à Rome, celui de 1967 et de 1974. Après le Concile Vatican II il sera invité en Tanzanie, au Mozambique et plusieurs fois au Canada pour des sessions d’aggiornamento et des retraites aux confrères. Entre 1948 et 1974 il prêche plus de 75 retraites de 6 ou 8 jours, et 7 de 30 jours.

Après le Rwanda Dominique est nommé au Tchad où il passera 23 ans de sa vie missionnaire. Il arrive à Doguindi, dans le diocèse de Moundou, en mars 1978. En avril 1979 il devient responsable du « Centre de formation pour animateurs de communautés chrétiennes » (CEFAC). En 1981 il est aussi curé à Deli. Les troubles que traverse le pays obligent la fermeture du Centre pendant deux ans. En 1987 Dominique reprend ses activités au Centre et enseigne aussi au Grand Séminaire de N’Djamena. Entre temps il en profite pour faire un recyclage en Belgique et à Jérusalem. Au cours des années quatre-vingt dix il sera encore à Doiti et s’occupera du centre de formation des catéchistes. Les nombreuses retraites qu’il prêche et la grande expérience dans l’accompagnement spirituel le mènent à écrire et à publier plus abondamment. Citons quelques titres : « Oui, Père. Initiation à la prière mentale » (1989), « Un oui total à Dieu. Initiation à la Vie religieuse en Afrique » (1996), « Comme un trésor caché…Essai sur la pauvreté évangélique » (1996), « Charles Lavigerie, un maître spirituel » (1997), « L’Esprit que Dieu nous a donné » (1998).

En 2001 Dominique quitte le Tchad. Il espérait pouvoir retourner au Rwanda, mais cela n’a pas été possible. Il est nommé à Ouagadougou pour un ministère auprès des communautés religieuses. Les occasions ne lui manqueront pas pour accompagner religieux et religieuses, prêcher des récollections et des retraites, animer de courtes sessions, assumer des émissions religieuses à la radio, la célébration de l’Eucharistie dans les paroisses. En 2003 cependant il rejoint à Touggourt en Algérie les quelques confrères qui souhaitaient ensemble former une communauté consacrée à la prière. Pour des raisons surtout de santé des confrères, l’expérience fut arrêtée. Dominique retourna à Ouagadougou en 2004. Ce sera là qu’il continuera jusqu’à la fin de sa vie à mettre ses dons et ses expériences de prédicateur, de conférencier, de conseiller et d’accompagnateur spirituel au service d’un très grand nombre de personnes consacrées et laïques.

Comme un certain nombre de ses confrères, Dominique souhaitait pouvoir reposer en terre africaine. Cela lui fut donné. Suite à une forte attaque de malaria et à une infection pulmonaire il regagna sa communauté très fortement affaibli fin octobre 2008. C’est là que le dimanche, 9 novembre 2008, dans la soirée, le Seigneur vint le rappeler à lui.

« Aimer Jésus et le faire aimer » fut la devise de Dominique et la force spirituelle qui l’a guidé tout au long de sa vie. Théologien, il aimait les idées claires et précises, ayant un goût pour ce qui est de tradition. Orateur toujours soigneusement préparé, mesuré dans ses expressions et nourri par une intense vie de prière personnelle, il a réussi à communiquer à un très grand nombre l’amour de Dieu révélé en son Fils Jésus. Maître spirituel puisant dans les Ecritures, les Pères de l’Eglise et la tradition, il en a guidé beaucoup sur les chemins de la rencontre avec Dieu. Passionné et discipliné, il a été un intendant zélé des mystères de Dieu.

Nous célébrerons l’Eucharistie en mémoire de Dominique le samedi, 15 novembre, à 10.30 heures, à la Chapelle Saint Michel, boulevard Clovis 80, 1000 Bruxelles.
André-L. Simonart
Sup. Secteur Belgique

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1307 / 583003

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos défunts   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License