missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Vient de paraître

Entre deux mondes

par Michel Kayoya
dimanche 2 novembre 2008 par Webmaster
Entre deux mondes

Le tome comprend les deux livres de Michel Kayoya :

« Sur les traces de mon père »
et
« Entre deux mondes ».


Réédition par Editrice Missionaria Italiana (EMI), sept. 2008

ISBN 978-88-307-1662-9

302 pages

Cet ouvrage a été réalisé par la « Stichting (fondation) Michel Kayoya », dont le coordinateur est Albert Devos. Il a été imprimé en Italie, avec l’aide de la Conférence épiscopale italienne et des Pères Xavériens.

La préface de Mgr. Joachim Ntahondereye, évêque de Muyinga, présente l’auteur. Elle est suivie d’une note sur la terminologie Rundi, rédigée par le Cercle St. Paul de Bujumbura.
L’ouvrage contient le texte complet des deux ouvrages de Michel Kayoya : « Sur les traces de mon père » et « Entre les deux mondes ». (Dommage que la photo de la couverture ne soit pas celle de Michel Kayoya…)
Michel était candidat PB et nous quitta pendant ses études de théologie à Heverlee, sentant très profondément que l’Eglise de son pays avait besoin de lui.
JPEG - 12.1 ko
Michel Kayoya
Scolastique à Heverlee

Extraits de la préface de Mgr. Ntahondereye

Michel Kayoya est né le 8 décembre 1934 à Kibumbu.
. . .
En 1967 l’Abbé Kayoya fut nommé Recteur du Séminaire de Mugera dont il assuma la charge jusqu’au mois de juillet 1970. De Mugera, il fut prêté au jeune diocèse de Muyinga en qualité d’Économe Général, avec mission particulière d’en redresser la situation financière alors très critique. Michel Kayoya s’acquitta de cette tâche avec brio mais non sans susciter des jalousies.

A la même époque, Michel Kayoya se fit le promoteur d’un organe d’animation et de concertation du Clergé qui aujourd’hui encore fonctionne sous le nom de l’Union du Clergé Incardiné, en sigle UCI .

Ayant noté ses talents dès les premiers jours de leur charge commune, les membres élus du Bureau central de cet organe le chargèrent presque à l’unanimité de la direction des finances. Le préposé ne tarda pas à démontrer que son charisme allait bien au-delà du domaine matériel de la simple gestion comptable. Après avoir remis la comptabilité sur les rails dans le jeune diocèse de Muyinga, il entreprit d’y étendre une initiative d’ordre spirituel lancée déjà en 1965 à Gitega : la formation de jeunes filles burundaises à une vie religieuse solidaire de la condition des masses paysannes de leur pays. Seulement, à peine avait-il amorcé cette action que les jalousies qui couvaient à son endroit se déchaînèrent avec une force d’intrigue. L’évêque du lieu résilia unilatéralement son contrat et l’éloigna du diocèse.

Il quitta donc ce diocèse en avril 1972 et regagna Gitega, où il allait être assassiné le 15 mai 1972 au milieu de l’hécatombe qui ravagea le pays à l’époque. Les massacres sélectifs organisés par le gouvernement d’alors contre l’élite hutu et que d’aucuns n’hésitent pas à qualifier de génocide, l’emportèrent lui aussi, mettant brutalement fin à la créativité et à l’esprit d’initiative d’un des grands hommes que le Burundi ait jamais connus.

En vente au Secrétariat du Secteur Belgique,
prix 10 euros (+ frais d’envoi éventuels)

 
Nuntiuncula n°652 Septembre - Octobre 2008

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 591 / 635282

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site La Mission continue...   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License