missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Pape François

– Sauvegarder notre maison commune 8

Netzwerk Afrika Deutschland (NAD) www.netzwerkafrika.de - AEFJN http://aefjn.org
vendredi 11 décembre 2015 par Webmaster

Dépasser les intérêts nationaux pour le bien-être global
- La grave responsabilité de la politique internationale et locale

Les nombreux sommets internationaux pour le climat mondial des 20 dernières années n’ont pas réussi à obtenir un accord contraignant pour les Etats qui détermine les ’responsabilités communes, mais différenciées’. Le Pape François voit comme causes le manque d’éthique dans les relations internationales, la priorité des intérêts nationaux par rapport au bien-être global, le manque d’institutions internationales efficaces et la sujétion de la politique au monde des finances. Est-ce que les Etats vont prendre leurs responsabilités lors de la conférence pour le climat à Paris ?

- L’inégalité n’affecte pas seulement les individus, mais aussi des pays entiers, et oblige à penser à une éthique des relations internationales. Il y a, en effet, une vraie « dette écologique », particulièrement entre le Nord et le Sud, liée à des déséquilibres commerciaux, avec des conséquences dans le domaine écologique, et liée aussi à l’utilisation disproportionnée des ressources naturelles, historiquement pratiquée par certains pays. (51) Il y a des responsabilités communes mais différenciées, simplement parce que… les pays qui ont bénéficié d’un degré élevé d’industrialisation, au prix d’une énorme émission de gaz à effet de serre, ont une plus grande responsabilité dans l’apport de la solution aux problèmes qu‘ils ont causés. (Laudato si 170)

-  La faiblesse de la réaction politique internationale est frappante. La soumission de la politique à la technologie et aux finances se révèle dans l’échec des Sommets mondiaux sur l’environnement. Il y a trop d’intérêts particuliers, et très facilement l’intérêt économique arrive à prévaloir sur le bien commun… (54) Les négociations internationales ne peuvent pas avancer de manière significative en raison de la position des pays qui mettent leurs intérêts nationaux au-dessus du bien commun général. (169)

- La dimension économique et financière, de caractère transnational, tend à prédominer sur la politique. Dans ce contexte, la maturation d’institutions internationales devient indispensable, qui doivent être plus fortes et efficacement organisées, avec des autorités désignées équitablement par accord entre les gouvernements nationaux, et dotées de pouvoir pour sanctionner. (175)

-  La notion de bien commun inclut aussi les générations futures. Les crises économiques internationales ont montré de façon crue les effets nuisibles qu’entraîne la méconnaissance d’un destin commun, dont ceux qui viennent derrière nous ne peuvent pas être exclus. On ne peut plus parler de développement durable sans une solidarité intergénérationnelle. (159) Quel genre de monde voulons-nous laisser à ceux qui nous succèdent, aux enfants qui grandissent ? (160)

- L’humanité de l’époque post-industrielle sera peut-être considérée comme l’une des plus irresponsables de l’histoire, il faut espérer que l’humanité du début du XXIe siècle pourra rester dans les mémoires pour avoir assumé avec générosité ses graves responsabilités. (104)

Nous pensons et nous agissons comme si nous n’étions pas des témoins du passé et des acteurs pour l’avenir.
Chenjerai Hove
 

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 85 / 600435

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Croire aujourd’hui   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License