missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°96 Breuklijnen

Juillet/Août – Juli/Augustus 2015
mardi 25 août 2015 par Jef Vleugels

 Mrs Aba Gayle (Etats-Unis)

Les faits

En 1980, la fille d’Aba Gayle, Catherine Blount, et son ami Eric sont massacrés brutalement. Le meurtrier finit pas être arrêté au Japon et est extradé. En Californie il est condamné à mort. Il est encore toujours incarcéré à la San Quentin Prison à San Francisco.

Le vécu

Aba Gayle a raconté son histoire des centaines de fois, dans des églises, des écoles, des prisons… « Il y a trop de rancune et trop de haine dans ce monde. Je dois continuer à dire aux gens que le pardon est la seul moyen de guérir le corps et l’âme. »

Elle a passé par toutes les étapes : pleurer sans arrêt, négation, colère, vengeance… Pendant huit ans… Elle finit pas suivre un cours de méditation, où elle apprend à se calmer, à faire silence, à écouter sa voix intérieure. Le témoignage d’une survivante juive de l’Holocauste, qui a réussi à pardonner aux bourreaux de sa famille, l’ébranle. Douze ans après la disparition de sa fille (« Une jeune femme débordant de talents et tellement sage… Qui rayonnait l’amour et la joie … »), elle se sent prête à écrire une lettre à Douglas Mickey, le meurtrier de sa fille : « Après huit longues années de tristesse et de colère, j’ai repris ma vie en main. Grâce à des enseignants formidables, j’ai découvert Dieu à l’œuvre en moi. En plein milieu d’un cours sur les miracles, j’ai découvert que j’étais capable de pardonner. Cela ne signifie nullement que vous n’êtes pas coupable de ce qui est arrivé. Mais ce que j’ai appris, c’est ceci : vous êtes enfant de Dieu. Vous êtes pris dans l’amour de Dieu, même au fond de votre cellule. Le diable n’existe pas. Seul le Dieu-Amour existe. » Et de témoigner : « Douglas Mikey allait-il répondre ou non ? Cela n’avait plus aucune importance. J’avais d’ores et déjà reçu la seule réponse qui importait : j’étais guérie par mon simple geste de pardon. Cela ne sortait plus de ma tête, cela venait de mon cœur. » Elle est allé le voir à San Quentin. « J’attendais que les gardiens amènent le prisonnier de l’autre côté de la vitre. Je regardais autour de moi et je voyais d’autres condamnés à mort, mais aucun monstre ! » Douglas Mikey est arrivé en salopette orange. « Je l’ai regardé dans les yeux et j’ai pu dire : «  I… forgive… you.  » « Je fus inondée d’un sentiment de paix qui ne me quittera plus jamais. Je crois que c’est ce qu’on appelle l’état de grâce. Et j’étais sûre d’une chose : je n’avais pas besoin de l’exécution d’un autre pour être guérie. Et je me suis réalisé que la nuit où Catherine perdit la vie, Douglas avait perdu son avenir. »

Pas étonnant qu’Aba Gayle soit devenue une opposante active à la peine de mort, qu’elle nomme « un assassinat avec préméditation par l’Etat ».


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 474 / 846052

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License