missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°96 Breuklijnen

Juillet/Août – Juli/Augustus 2015
mardi 25 août 2015 par Jef Vleugels

 Eni da Silva (Brésil)

Les faits

Fernando, le fils d’Eni, trouve la mort dans un conflit de drogues. Huit ans plus tôt Eni avait déjà perdu un fils, tué lui aussi.

Le vécu

Eni raconte : « Au début je voulais tuer le meurtrier. Quand on vous tue pour la deuxième fois un fils, votre utérus sent la fosse commune. Je dormais mal, avais des crampes et mal au dos, je souffrais d’hallucinations, j’étais dévorée de haine. Je me rappelle que je disais : ‘Mon Dieu, je n’étais pas comme ça. Regarde ce que je suis devenue.’ J’avais l’impression de suffoquer. Je n’avais jamais éprouvé de la haine pour quiconque. Chaque soir je priais : « Père, enlève ce poids qui m’écrase ! » Bien plus tard, j’en parlais à un pasteur, qui me disait tout de go : ‘Alors, pardonne’. Ces paroles furent pour moi une vraie libération. » Et Eni partit à la prison pour y rencontrer celui qui avait tué son fils. « Je ressentais la paix quand j’entrais dans la prison. Je n’avais qu’une envie : pardonner, pardonner, pardonner… Guérir de mon cancer. » Elle y trouve le meurtrier : « Il m’embrassait. Je lui ai pardonné. » Et de raconter : « J’avais complètement changé quand je suis sortie de la prison. Renée. Prête à mourir. En paix. Et le plus fort, savez-vous, c’est que du jour au lendemain tous mes maux physiques avaient disparu !  » « Le pardon est œuvre de libération. Des gens disent que je suis folle. Ils ne comprennent pas ce que la haine peut faire d’un être humain. Le pardon a tout changé, même mon visage. »


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 444 / 824988

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License