missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Feuilles vertes - Juin 2015

mercredi 27 mai 2015 par G.Verbist, mafr.

« La fatigue et la joie » du dialogue islamo-chrétien

Le Conseil des Conférences Épiscopales d’Europe (CCEE), qui représente les 33 Conférences Épiscopales Européennes actuelles, s’est réuni en Suisse (du 13 au 15 mai 2015) pour évoquer la question délicate du dialogue avec l’islam dans le contexte actuel de conflits multiples au Moyen-Orient, ainsi que le risque terroriste.

Voici le message adopté par ce conseil :

« Cette année, alors que nous célébrons le 50e anniversaire de Nostra Aetate (cfr. Concile Vatican II) nous sommes plus que jamais convaincus que le dialogue interreligieux et, dans notre cas, le dialogue entre chrétiens et musulmans, n’est pas seulement nécessaire pour construire la paix, mais c’est un impératif de notre foi.

L’islam est une religion riche et diversifiée dans sa tradition, avec plusieurs courants de pensée. Cependant, comme toutes les religions, il se trouve à aborder les défis de la radicalisation dans le contexte contemporain. Pour dépasser la radicalisation, nous avons besoin de la liberté de religion et de son principe fondamental : la liberté de conscience.

L’éducation religieuse joue un rôle important dans le renforcement de l’identité religieuse, dans le respect le plus total des convictions religieuses des autres. Cela aide également à construire la solidarité avec les personnes marginalisées, persécutées, et avec les victimes de la radicalisation, indépendamment de leur credo.

Le fruit de notre réflexion sur ces défis consiste à renouveler et approfondir notre engagement à l’égard du dialogue du point de vue religieux, culturel et social. Nous souhaitons renouveler notre engagement pour une rencontre dynamique avec les musulmans, aussi bien en matière intellectuelle – académique qu’en matière de vie quotidienne. Cela exige un examen personnel approfondi et une réflexion théologique sur notre foi et sur la pratique chrétienne, notamment à la lumière des défis posés par la sécularisation et par les mouvements populistes aussi bien pour le Christianisme que pour l’Islam.

Un dialogue authentique exige que nos communautés chrétiennes continuent d’être les témoins vivants de la Parole de Dieu, communautés de prière et d’accueil de « l’autre » qui vit parmi nous.

Le Jubilé de la Miséricorde (Année Sainte) nous offre une opportunité unique de montrer qu’il est possible de vivre ensemble et de partager des aspirations communes. La MISERICORDE fait « place » à la diversité et à l’acceptation de l’autre. »

(ZENIT 15.05.15.)
 

Les Belgo - Marocains/Turcs -
(enquête Fondation roi Baudouin avec 700 personnes sondées en Belgique)

Aujourd’hui, 91 % des B-Marocains et 93 % des B-Turcs sont belges.
La majorité conserve la double nationalité. 6 sondés sur 10 se sentent aussi belges que marocains ou turcs.

Être musulman - 95,4 % des B-Marocains et 91,5 % des B-Turcs se disent musulmans. 73 % sont fiers d’être musulmans.
La régularité de la fréquentation de la mosquée est très variable.
La consommation de la nourriture halal et l’interdiction de boire de l’alcool sont très observés.
Le port du foulard est observé par 52,4 % des B-Marocaines et
par 37,6 % des B-Turques. 23 % le retirent sur leur lieu de travail.
Malgré une ferveur religieuse importante les chercheurs soulignent certains signes de sécularisation. « Il y a des croyants très pratiquants et d’autres moins, mais tous prennent ce qui les arrange dans la religion. La place de l’imam et de la mosquée dans la construction de la foi est négligeable, par rapport aux lectures (livres, internet...). Cette individualisation concourt à un début de sécularisation... » (Corinne Torrekens)

Adhésion à la démocratie : 75 % oui.
Séparation de l’Église et de l’État : favorable pour 69 % de B-Marocains et 73 % des B-Turcs. Donc, 3/4 des musulmans belges adhèrent aux principes démocratiques.

Égalité homme/femme - 8 sur 10 considèrent l’éducation des filles comme aussi importante que celle des garçons. L’indépendance de la femme passe par le travail. Les tâches familiales sont partagées équitablement, comme l’éducation des enfants et la participation au budget du ménage.
7 sur 10 sont opposés aux relations sexuelles avant le mariage ; 4 sur 10 sont contre les flirts.
Pour 6 sur 10 l’homosexualité n’est jamais justifiée.
La question de l’euthanasie est largement décriée. Le divorce : 6 sur 10 jugent qu’il est justifiable « selon les circonstances ».

(Le Soir. 20/05/15)
 

Début du RAMADAN, jeudi 18 juin, jusqu’au +/- 16 juillet.
Journée Internationale de l’Humanisme, le dimanche 21 juin.

G.Verbist, mafr.
GROUPE RENCONTRE
 

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 105 / 601582

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Dialogue   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License