missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Banneux, dimanche 26 avril. Journée de la Vie Consacrée.

Beauté et spécificité de la vie consacrée.

Michelina Tenace
jeudi 7 mai 2015 par Webmaster

"Qu’est-ce qui pour moi fait la spécificité et la beauté de la vie consacrée ?

Qu’est-ce qui peut la rendre attrayante pour le monde d’aujourd’hui ?".

 1 - Repartir du Christ vrai Dieu et vrai Homme

Ce qui me permet de dire ce qu’est la spécificité de la vie consacrée et sa beauté, ce sont des paraboles que j’emprunte à des amis, des aînés dans la foi. D’abord un ami de longue date : Vladimir Soloviev (1853-1900) qui dans le récit-testament qu’il intitule L’Antéchrist présente cette scène : un personnage troublant devient une espèce de président mondial et résout tous les problèmes de l’humanité. Peu de chrétiens résistent à la tentation de l’acclamer comme un envoyé de Dieu. A ces quelques chrétiens restés méfiants, le Personnage pose cette question : « mais enfin que voulez-vous de plus ? N’ai-je pas résolu tous les problèmes qui permettront à l’humanité de vivre dans le bonheur ? Qu’y-a-t-il de plus précieux pour vous ? » Le moine Jean, au nom des chrétiens orthodoxes déclare : « ce que nous avons de plus précieux dans le christianisme, c’est Jésus-Christ ». Dans le récit, la même confession de foi sera faite par le pape Pierre au nom des chrétiens catholiques et par le pasteur Pauli au nom des chrétiens de la Réforme.

Un autre ami qui me vient en aide c’est Nicolas Steinhardt, un intellectuel juif roumain qui dans les années de persécutions communistes finit en prison. C’est là qu’il va devenir chrétien, qu’il va recevoir le baptême, et c’est des notes de prison qu’il va écrire son Journal de la félicité. Cet homme devenu moine confessera que la plus grande chance de sa vie, son plus grand bonheur, sa béatitude c’est, en prison, d’avoir pu connaître le Christ, d’avoir reçu le baptême, d’être devenu une créature « transubstanciée » [1] . Voilà comment il explique ce mot excessif ! Le plus grand miracle dira-t-il, ce n’est pas la multiplication des pains, la guérison d’un aveugle, non le plus grand miracle c’est qu’un homme puisse changer à cause de le rencontre du Christ et devenir heureux parce que vivant d’une vie nouvelle. Ainsi Steinhardt a résumé son témoignage par une béatitude : « Bienheureux celui qui a reçu le baptême et en vit ! »  [2] .

La beauté de la vie consacrée c’est d’avoir connu des témoins du Christ vivant, puis d’avoir rencontré le Christ dans sa propre vie et d’avoir appris à vivre une vie nouvelle « consacrée » à lui. En devenant ses disciples, on apprend à l’aimer, à goûter à sa liberté et quand on arrive à prononcer des vœux, on affirme de ne rien vouloir mettre au-dessus de lui [3] , c’est-à-dire rien au-dessus de son amour, de la foi en lui, de sa présence dans notre vie, rien pas même ce qui semblerait sacro-saint à toute religion : la culture, le temple, la loi, la tradition … Jésus le disait à la Samaritaine puis à Nicodème : c’est l’Esprit qui fait de nous des religieux, cet Esprit qui nous fait naître d’en haut. Oui, la vocation nous révèle que nous pouvons renaître de l’Esprit, d’en haut ! Quelle beauté et quelle nouveauté !

C’est ce qu’on dit deux autres amis que j’aime fréquenter, des Pères de l’Église, saint Irénée et saint Ignace d’Antioche. Saint Irénée « Dans sa venue, le Christ a porté avec lui toute nouveauté »  [4] , il est lui toute la nouveauté et à nous, il nous a « honoré de porter un nom de splendeur divine » [5] , il nous a donné son nom, chrétien, et une nouveauté de splendeur divine.

Voilà la beauté de la vie consacrée : c’est la nouveauté de la vocation qui transforme la personne que Dieu appelle en missionnaire qui porte au monde le Christ, sa splendeur divine, Dieu parmi les hommes par la présence de consacrés.

Tout cela est fondé sur la résurrection du Christ, sur notre baptême qui nous y a conformé, sur le don de la vie consacrée qui nous y a établi. Oui, le Baptême nous rend conformes au Christ [6], transforme le monde en Règne de Dieu. C’est le fondement de la vocation religieuse (devenir conforme) et de la mission (le Règne de Dieu).

[1Cfr. N. Steinhardt, Primejdia mărturisirii, convorbiri cu Ioan Pintea, ed. Dacia, Cluj-Napoca,1993, p. 45.

[2Cfr. N. Steinhardt, Jurnalul Fericirii, Cluj-Napoca, ed. Dacia, Cluj-Napoca 1991, p. 504.

[3Saint Benoît, Règle 72.

[4Saint Irénée, Adversus Haereses, IV, 34,1

[5Saint Ignace d’Antioche, Lettre aux Magnésiens, I,2

[6M. TENACE, Former des chrétiens en Europe, in Vies Consacrées 2(2007) pp. 103-116.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 158 / 635744

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Croire aujourd’hui   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License