missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Pâques 2015

Célébrer Pâques n’est-ce pas croire en l’homme ?

vendredi 3 avril 2015 par André-L. Simonart, Webmaster

Pâques 2015

Chers confrères,

Vous comme moi, je suppose, vous avez été interpellés ces derniers temps par l’augmentation du nombre de personnes malmenées : réfugiés, sinistrés, chrétiens et autres minorités persécutées, victimes d’attentats. Le Vendredi Saint nous penserons à tous ces frères et sœurs au cours du chemin de Croix et lorsque nous vénérerons la Croix sur laquelle est crucifié Celui à qui tous les bourreaux font violence.

Ces situations de violence, de souffrance et de mort m’ont rappelé une phrase de Nelson Mandela. Il écrivait : « Je souhaite que les Sud-Africains n’abandonnent jamais leur croyance en la bonté, qu’ils chérissent cette foi dans les êtres humains comme étant le fondement de notre démocratie. » N’est-ce pas là en effet la grande tentation, de ne plus croire en l’homme, en la bonté de l’homme ? Le même Mandela écrivait : « La bonté de l’homme est une flamme qu’on peut cacher mais qu’on ne peut éteindre ». Venant d’un homme qui a fait l’expérience de l’humiliation et de la souffrance pendant de nombreuses années, cette affirmation a la force de la vérité qui s’impose par elle-même. Face à elle nous ne pouvons qu’opter. Ou bien nous nous dérobons et alors risquons de vivre dans le pessimisme et la peur ou de sombrer dans l’indifférence, dans le repli sur nos petites sécurités. Ou bien nous y croyons. Et si nous y croyons, nous ouvrons un chemin de vie, fondement du « vivre ensemble », de la démocratie.

Chers confrères, célébrer Pâques n’est-ce pas précisément opter et croire en l’homme, en la bonté de l’homme, la nôtre et celle de tout autre ? Croire que nous sommes capables de bonté et d’accueil des autres, qu’elles que soient nos différences. Croire en la flamme de la bonté en toute personne. Croire ainsi se fonde sur la victoire du Crucifié et se vit dans la puissance de Son Esprit.

Je vous invite donc à cheminer sur ce chemin de vie. Commençons par noter les expressions de bonté dont nous sommes les bénéficiaires. Notons les paroles, les gestes de bienveillance autour de nous et rappelons-nous que c’est la bienveillance des autres qui ranime en nous la bonté, la joie et la générosité. Soyons plus attentifs à être bienveillants les uns pour leur autres en communauté. Veillons à y créer un climat qui soit signe d’une attention, d’un intérêt et peut-être même d’une prise de responsabilité pour le bien-être des uns et des autres. Enfin que cette expérience de bonté nous dynamise pour aller à la rencontre des personnes de l’extérieur, en particulier ceux et celles qui sont autres par leur culture et leur religion.

Certainement qu’au cours de votre vie missionnaire bon nombre de personnes ont été les bénéficiaires de votre bonté. Que ce rappel vous rende heureux car la bonté qui vous habite est la marque de Dieu en vous.

Chers confrères, je vous souhaite une belle et joyeuse fête de Pâques.

  André-L. Simonart

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 97 / 610817

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Croire aujourd’hui   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License