missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Algérie

Pères Blancs à Tizi Ouzou

Pax et Concordia. Deuxième trimestre 2014 - n° 18
jeudi 3 avril 2014 par Webmaster

Et la marche continue

Le 27 décembre 1994, quatre pères blancs sont assassinés à Tizi Ouzou dans la cour du presbytère. Il s’agit d’Alain Dieulangard, 75 ans, en Kabylie depuis 1953 ; Charles Deckers, 70 ans, à Tizi Ouzou depuis 1955, puis à Alger ; Jean Chevillard, 69 ans, a Alger depuis 1955 ; et Christian Chessel, 36 ans, à Tizi Ouzou en 1986, puis depuis 1992.

Guy Sawadogo, de l’équipe actuelle des pères blancs de Tizi Ouzou, nous dit comment la marche continue.

1994

Alain Dieulangard - Jean Chevillard
Charles Deckers - Christian Chessel
  Ils étaient si bons ! ≫, ≪ Comme ils nous ont aidés ! ≫, ≪ Ce que je suis, je le leur dois ! ≫, … autant d’éloges et de bons souvenirs qui lient encore les pères blancs à une certaine couche de la population de la Kabylie. Il est étonnant d’entendre parler de la présence des Pères blancs en Kabylie au passé, comme si la page était tournée quelque part. Beaucoup de gens ont connu les Pères à travers les écoles et les centres de formation professionnelle. D’autres les ont connus à travers les œuvres caritatives qu’ils faisaient dans la Kabylie de l’époque.

Les années ont passé, les temps ont changé, des générations se sont succédées, mais la marche continue. L’esprit reste toujours le même, avec moins de personnel, mais toujours la même vaillance.

Il n’est pas rare d’entendre des réflexions à propos de la jeunesse de la communauté actuelle de Tizi Ouzou. Une communauté de jeunes pères blancs de pays et d’origines divers, mettant ensemble leurs énergies pour la pérennisation de l’œuvre déjà entreprise.

Que font les Pères de Tizi Ouzou ? Comment vivent-ils ? De quoi peuvent être faites leurs journées ? Le fondement de tout est notre vie de prière communautaire, avec au centre la messe quotidienne. La vie paroissiale occupe une grande part de nos activités, ou de plus en plus de chrétiens algériens et d’étudiants étrangers demandent à être nourris dans la vie spirituelle pour les soutenir dans leur cheminement aussi bien personnel que communautaire au sein d’une paroisse multiculturelle, qui voit se vivre, au cours de toutes ses célébrations, des expériences de la Pentecôte.

L’aumônerie estudiantine marque la vie des Pères de Tizi. Il vous suffit d’y faire un tour et vous vous rendrez compte du fourmillement qui donne sens à notre dynamisme. Deux dimensions sont à noter dans l’engagement de l’aumônerie : un pôle pour les étudiants étrangers vivant à Tizi, qui savent qu’ils peuvent compter sur des ainés pour les épauler dans leur quotidien ; et le plus prenant qui est le pôle nous ouvrant à fond sur notre milieu de vie algérien à travers notre bibliothèque. Elle était déjà en projet au sein de la communauté des Pères assassinés en 1994. Leur mort n’a pas mis un point final au projet. Ils ont été comme la graine tombée en terre. Elle a germé, elle a donné du fruit dont nous profitons allègrement de nos jours.

Récemment, un monsieur m’a interpellé sur le fait que les photos des Pères disparus ont été enlevées du hall d’entrée de la maison en ces termes : ≪ C’est dommage que vous ayez décroché ces photos. Elles nous parlaient tellement ! ≫ Ma réponse fut celle-ci : ≪ Nous vous invitons à vous tourner avec nous vers le futur et à marcher ensemble. Ils ont vécu, ces Pères ! Ils ont donné leur vie, ils ont aimé la Kabylie, mais la marche continue.

Certains verront cela comme un manque de respect pour les ainés, d’autres comme de la non considération pour ce qui s’est fait jusque là. Il n’en est rien du tout. Tout le travail que nous faisons est d’amener les gens à avoir un regard positif, un regard qui sache voir aussi du bien là ou l’on est, un regard qui sache apprécier le bien et le beau qui se vivent tout autour de nous. Nostalgiques, nous le sommes tous en des moments précis de notre vie, mais le passé ne doit pas prendre le dessus.

Les pères blancs de Tizi Ouzou, ce n’est pas du passé.

A entendre les gens, à consulter la riche documentation qui est l’œuvre de nos prédécesseurs, à voir le respect que les gens ont pour eux, nous ne pouvons que tirer le chapeau. Quelques-uns sont presque ≪ idolâtrés ≫, tandis que d’autres tombent dans les oubliettes. Ils n’ont pas eu la même carrure, nous n’avons pas non plus aujourd’hui la même carrure, ni les mêmes dons, ni les mêmes capacités. Néanmoins, nous sommes tous engagés comme témoins de l’Eglise dans un contexte où les débats passionnés autour du fait religieux surgissent assez souvent, et où la différence religieuse n’est pas la chose la plus simple à vivre et à concevoir.  
2014


L’équipe actuelle des pères blancs à Tizi Ouzou
De gauche à droite Mariusz, Michael, Guy, Hendricks et René

La spécificité de Tizi Ouzou fait couler tant d’encre et de salive ! Que n’a-t-on pas lu dans la presse concernant les activités de ≪ conversion ≫ au christianisme qui s’y passent ? Loin de nous l’idée d’un quelconque manque de respect à la différence religieuse. La question qui se pose et qui doit être la bonne est celle-ci : que faire de quelqu’un qui vient me demander de lui parler du christianisme ? Dois-je le mettre a la porte au nom d’un ‘‘sacro-saint respect’’ de son identité ? Non.

Nous sommes là en tout premier lieu pour le dialogue interreligieux. Mais pour qu’il y ait dialogue, il faut qu’il y ait deux ou plusieurs parties en présence. Notre identité religieuse peut paraître handicapante à certains égards ; réconfortante et avantageuse à d’autres. C’est là que nous pouvons voir le reproche de certains de nos frères évangéliques qui ≪ sont amers ≫ face à la ≪ passivité ≫ des catholiques en Algérie.

L’accueil est une part importante de notre quotidien tizi ouzien. Le va-et-vient ne prend fin que quand la nuit s’annonce. Et c’est à ce moment que, portant le poids de la journée, nous nous retrouvons ensemble pour passer du temps dans le partage, les discussions, les échanges, offrant tout cela à Celui qui est notre Guide, notre Inspirateur et notre Soutien.

Guy P. Sawadogo, PB
 

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1011 / 591698

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Algérie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License