missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Terre Sainte

Le pape se rendra en Terre sainte du 24 au 26 mai 2014

mercredi 8 janvier 2014 par Webmaster

Spécialiste des Églises orientales et du dialogue avec elles, le P. Frans Bouwen, Père Blanc, analyse la portée œcuménique de ce voyage et notamment de la rencontre organisée au Saint-Sépulcre avec « tous les représentants des Églises chrétiennes de Jérusalem ainsi que le patriarche Bartholomée de Constantinople ».

Qu’attendre du voyage du pape François en Terre sainte fin mai ?

« Depuis plusieurs semaines, nous entendions différents bruits, nous étions dans l’attente. Nous sommes très heureux aujourd’hui de cette confirmation du voyage du pape en Terre sainte fin mai, même si beaucoup aujourd’hui se demandent comment tout cela va se passer. Je suis particulièrement heureux que l’accent soit mis sur l’œcuménisme . Cette célébration commune au Saint-Sépulcre, totalement inédite, est une surprise pour moi, et j’imagine – pour que l’annonce en soit déjà faite – qu’elle a été bien préparée. Ce voyage peut vraiment être l’occasion de relancer l’œcuménisme pas seulement ici, à Jérusalem, mais à l’échelle internationale. C’est vraiment sur ce plan – plus que sur le plan politique – que l’on peut espérer des avancées.

Le pape François, avec son approche à lui, son insistance sur ce qui nous unit et ce que nous vivons déjà ensemble, peut nous aider dans ce domaine. Nous avons un peu perdu, je pense, le principal fruit de la rencontre en 1964 entre le pape Paul VI et le patriarche de Constantinople Athénagoras qui était l’accent mis sur le dialogue de la charité, de l’amour . Avec l’orthodoxie, c’est le dialogue théologique qui a pris le dessus mais il ne peut aller plus loin tout seul, sans cette âme du dialogue qu’est l’amour, la retrouvaille fraternelle. Je suis donc heureux que le pape François cale son voyage sur celui de Paul VI, le qualifiant d’ailleurs comme lui de “pèlerinage”.

L’impact de ces visites des papes sur la vie quotidienne des chrétiens est bien sûr une vraie question, tant sont grandes les souffrances et les incertitudes pour l’avenir. Sans doute le thème de la situation des chrétiens dans la région sera-t-il au menu de sa visite à Amman, en Jordanie. Mais les fidèles ici attendent quelque chose. Le pape n’apporte pas de changements concrets, mais il nous aide à affronter les défis d’aujourd’hui, il nous montre qu’il les porte avec nous. Et puis j’ai entendu le patriarche grec-orthodoxe de Jérusalem (NDLR : Théophile III) dire qu’il était très satisfait de la manière dont se préparait cette visite, et pour nous, ici, c’est très important. L’Église orthodoxe est la première et le climat des relations religieuses ici dépend beaucoup de l’état de nos relations avec le Patriarcat. »

P. Frans Bouwen, Père Blanc
 
Recueilli par Anne-Bénédicte HOFFNER dans La Croix du lundi 6 janvier 2014
 

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 101 / 646687

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Proche-Orient   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License