missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Comment progresser dans le dialogue islamo-chrétien ?

DOSSIER de ‘Dimanche’ N°43, du 8/12/13.
lundi 9 décembre 2013 par G.Verbist, mafr.

Un regard positif et sans œillères.

L’évêque référence pour le dialogue interreligieux en Flandre, Mgr Leon Lemmens, auxiliaire de l’archevêque, appelle à développer une culture du ’vivre ensemble’ en Belgique.

Quel regard portez-vous sur les relations entre catholiques et musulmans en Belgique ?

Un regard positif. D’abord en tant que chrétien, car Jésus a donné sa vie pour tous, y compris les musulmans. Ensuite, en tant qu’évêque, je suis fils du concile Vatican II avec cette grande déclaration ‘Nostra Aetate’ qui parle avec beaucoup d’estime de l’islam et qui invite tous les chrétiens à aller à la rencontre des musulmans et à collaborer avec eux pour la paix et pour la justice.

La Belgique est un pays qui connaît un changement extrêmement rapide avec une réelle mixité de la population et une importante représentation de la foi musulmane dans les grandes villes. Á Malines, un quart de la population est de confession musulmane. Nous vivons côte à côte, mais il y a une méconnaissance réciproque. Je crois qu’il est très important d’ intensifier les contacts et de travailler à diffuser une culture qui soutient le ‘vivre ensemble’ . Il faut parvenir à percevoir la dimension spirituelle de l’autre et créer une culture où on estime l’autre et où on cesse de se laisser guider par des préjugés qui peuvent créer des tensions dangereuses.

Quels sont les obstacles à cette culture du ‘vivre ensemble’ ?

Chaque communauté a ses propres problèmes. Les responsables musulmans marocains disent avoir des difficultés avec beaucoup de jeunes qui souffrent d’une radicalisation salafiste, entraînés sur cette voie par les médias et les courants qui dominent sur Internet. Il y a également des mouvements culturels en Belgique, financés par l’Arabie saoudite, qui promeuvent ce type d’Islam. Les représentants musulmans cherchent notre appui et notre aide pour dégager des solutions pour porter leurs jeunes sur la voie d’un islam modéré qui cherche la paix et l’intégration en Belgique. Du côté catholique, nous faisons face à une autre réalité avec des jeunes qui perdent leur identité de foi.

Notre société se méfie-t-elle trop de l’Islam ?

Les radicalisations de certains courants de l’islam expliquent cette méfiance. Mais il y a surtout trop d’ignorance. Même si les musulmans vivent en grand nombre depuis quarante ou cinquante ans parmi nous, notre enseignement ne s’est pas adapté. Nous avons des identités différentes, mais il faut y voir une richesse. Lors des rencontres d’Assise, en 1986, Jean-Paul II a déclaré que la paix est un chantier ouvert à tous, un chantier qui attend ses ouvriers. Tous peuvent travailler sur ce chantier, pas uniquement les spécialistes. La façon dont nous nous comportons dans notre vie quotidienne, c’est ça qui sera définitif. Le rôle des responsables religieux est de développer des pistes sur lesquelles les gens ordinaires peuvent marcher pour vivre dans la collaboration et dans l’estime de l’autre .

(Manu Van Lier)
 

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 133 / 636267

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Dialogue   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License