missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°75 Breuklijnen

Septembre - September 2013
vendredi 27 septembre 2013 par J.V.

  LA CONVENTION SUR LES TRAVAILLEURS DOMESTIQUES

Plus de 15 millions d’enfants, âgés de 5 à 17 ans, travaillent dans le monde comme domestiques chez des particuliers. Ils sont très vulnérables, car ils peuvent être soumis à des abus physiques, psychiques, et parfois à des violences sexuelles, dénonce le Bureau international du travail. Parmi ces enfants, 73 % sont des filles. « Le travail domestique des enfants est présent dans toutes les régions du monde », a affirmé Constance Thomas, directrice du programme du BIT pour l’abolition du travail des enfants. Mais il est plus fréquent dans certains pays africains, comme le Burkina Faso, la Côte-d’Ivoire, le Ghana et le Mali.

Des Haïtiens hauts comme trois pommes corvéables à merci, de jeunes Philippines au service de riches familles saoudiennes, des Ethiopiennes émigrées au Liban qui en viennent au suicide. Horaires de travail excessifs, non-paiement de salaires, confinement au domicile, violences physiques et sexuelles…

La Convention sur les travailleurs domestiques, une nouvelle convention internationale de l’Organisation internationale du travail, est entrée en vigueur. Très concrètement de traité prévoit, entre autres, des jours de congé hebdomadaires, une limitation des horaires de travail, un salaire minimum et une couverture de sécurité sociale. Il oblige aussi les gouvernements à protéger les domestiques contre les violences et à empêcher les familles d’employer de trop jeunes mineurs.

Ratifiée par huit pays – l’Afrique du Sud, la Bolivie, Maurice, l’Italie, le Nicaragua, le Paraguay, les Philippines et l’Uruguay – la Convention est entrée en vigueur le jeudi 5 septembre 2013. Depuis son adoption en 2011, une trentaine d’Etats ont déjà promulgué des réformes cruciales en faveur des domestiques : accès à la sécurité sociale et aux prestations de maternité, paiement des heures supplémentaires, etc. Le Conseil des Ministres belges a approuvé, au début du mois de juillet, un avant-projet de loi portant assentiment de ce que Human Rights Watch qualifie de « traité mondial historique », mais Bruxelles n’a toujours pas ratifié le texte.

Sabine Verhest in La Libre Belgique du 5 septembre 2013
 

    

& & & & & & & & &

La France quant à elle a manifesté sa volonté de signer le texte. « La convention est une belle avancée, se félicite Geneviève Colas, spécialiste de la traite des êtres humains au Secours catholique. Elle va obliger les pays à prendre conscience de ce phénomène caché, à modifier les mentalités, à réfléchir à leur législation. Même en France, je rencontre des policiers qui considèrent les travailleurs domestiques comme des jeunes filles au pair. »

Ces « invisibles » sont plus de 50 millions dans le monde, dont près d’un tiers sans aucune protection légale.

L’Amérique latine est sur la bonne voie. Champion du monde du travail domestique avec 6,1 millions d’employées, le Brésil a mis fin à une injustice aussi ancienne que la colonisation. En avril dernier, le Congrès a modifié la Constitution pour permettre aux employés de maison de bénéficier des mêmes règles du droit du travail que les autres. Un syndicat a parlé « de seconde abolition de l’esclavage ».

Olivier Tallès in La Croix du 5 octobre 2013
 

Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 137 / 628379

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License