missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Islam en Belgique

Pour une expression musulmane plurielle

mercredi 4 septembre 2013 par Webmaster

Texte courageux à saluer !

La diversité d’opinions ainsi que de positionnements rend compte de l’état de maturité d’une communauté. En effet, l’existence de différentes pensées qu’elles soient « traditionnelles », « modernes » ou même « avant-gardistes » ne doit pas donner lieu à des situations de conflit ou pire d’excommunication. Le conformisme à une pensée unique sacro-sainte a provoqué un déclin intellectuel et sociétal, alors que l’évolution née de la critique argumentée et de la curiosité intellectuelle avait fait et continue à faire en certains endroits la richesse foisonnante des cultures des peuples musulmans. Nous avons l’opportunité et la capacité de renouer avec cette évolution et cette richesse.

Dans les pays où nous résidons, le souci d’émancipation, de reconnaissance de ce que nous sommes passe par l’introspection régulière sans pouvoir échapper à la réalité sociétale qui nous façonne. Cette réalité ne nous demande pas de nous construire à l’identique des autres membres de la société, mais d’être en adéquation avec la société de résidence, nécessité absolue pour vivre et entrer en interaction positive avec ceux avec lesquels nous cohabitons.

Force est de constater que certains religieux rabiques s’agitent généralement contre ceux de la communauté qui militent à contre-courant de la pensée ayant actuellement le monopole, et qu’ils ne peuvent domestiquer car ceux-ci se distinguent par le pluralisme de pensée et la liberté d’opinion. Il faut l’avouer, ce contexte est peu propice au respect de la pluralité au sein de notre communauté. Il n’a pas empêché l’apparition, épisodique et sporadique, d’individus ou groupes structurés revendiquant une critique adaptée de la situation et des positions différentes de celles prises auparavant par leurs coreligionnaires. Certains veulent ainsi mettre fin à ce monopole quasi dictatorial d’une vision des choses pour laisser place à une réflexion ou simplement à une expression libérée de tout poids normatif ethnoculturel. Ces expressions maintiennent cependant le souci d’affirmer la spécificité musulmane tout en optant pour un discours plus ou moins éloigné de la norme généralement véhiculée en intracommunautaire.

Les difficultés rencontrées par les intellectuels, les militants mais aussi ceux qui souhaitent vivre au quotidien comme ils l’entendent, de culture ou de confession musulmanes, se situent sur deux plans, intracommunautaire et extracommunautaire.

- Au sein de la communauté, s’ils émettent un discours hors de la ligne de conduite habituellement admise, cela leur vaudra l’accusation biaisée de remise en question de la religion musulmane dans son entièreté. Alors que la provocation est une vieille tradition de nos régions sécularisées et que la critique argumentée de la religion est nécessaire pour permettre la remise en question de certaines pratiques rétrogrades, force est de constater que cette pratique n’est pas encore intégrée par tous les musulmans de Belgique.

- Sur le plan extracommunautaire, la multiplication des attaques polémiques contre l’Islam et les musulmans deviennent quasi quotidienne. Celles-ci sont souvent truffées de nombreuses approximations dans les référentiels scripturaires ainsi que de raccourcis historiques frisant parfois le ridicule. La diabolisation permanente de l’univers symbolique de l’Islam a pour effet négatif de crisper la plupart des musulmans sur ces questions. L’impression d’être l’objet de critiques continuelles par le biais de leur religion induit chez beaucoup de musulmans le sentiment d’une stigmatisation générale, les enfermant dans un réflexe d’autodéfense et affaiblissant la conscience d’appartenir à la société dans laquelle ils vivent.

La tentation obscurantiste est donc bien présente, sous l’influence de facteurs à la fois internes et externes à la communauté musulmane. Malgré la libération d’une certaine parole notoirement discriminatoire et stigmatisante à l’égard des musulmans, d’un côté, ou encore, de l’autre côté, un possible mépris des façons de vivre en dans nos pays, l’avenir de la communauté musulmane dans une société plurielle passe impérativement par la construction intérieure de son propre pluralisme, dans le sentiment de sécurité que chaque musulman peut trouver au sein de sa communauté. La majorité silencieuse ne doit pas se sentir enfermée dans un carcan sous l’emprise de la peur de déplaire à quiconque. Donc, même si un membre de cette communauté émet une position avec laquelle on n’est pas en accord, il est important qu’il puisse exprimer sa pensée sans être mis au ban de sa famille, de son quartier, de sa mosquée, de sa communauté. Au contraire, il faut le soutenir afin de lutter contre l’autocensure qui risque de se renforcer. La pluralité, c’est militer pour que l’Islam accepte la critique, l’autocritique et le débat et que chaque musulman reste un esprit libre et non l’otage d’une pensée unique prétendument orthodoxe.

Chaque musulman occupe une place importante dans la communauté et peut agir pour la reconnaissance de sa propre pensée et de celle des autres, dans une réflexion profane non censurée, individuelle et collective, en s’extirpant du pouvoir que se sont conférés quelques prédicateurs “orthodoxes” autoproclamés et en sortant des approches culturalistes. Trop de musulmans voient leur ignorance exploitée par de soi-disant “érudits musulmans” qui les amènent à les mettre sur un piédestal et à les respecter aveuglément. Chaque musulman peut participer à la construction d’un espace de l’expression musulmane qui permettrait les réflexions et arguments des uns et des autres et travaillerait à extirper la parole dogmatique et obscurantiste de ceux qui se soucient de leur seul pouvoir sur les autres et non de guider les fidèles dans la vie d’ici et d’aujourd’hui.

Alors seulement l’Islam de la capitale de l’Europe du XXIe siècle pourra-t-il devenir un pilier de la démocratie, du pluralisme et du « vivre-ensemble » harmonieux. La Belgique pourrait alors devenir le laboratoire d’une communauté musulmane plurielle ainsi que de l’ouverture, du respect des traditions qui valent d’être respectées, et de l’intégration réussie dans le monde contemporain. Amin !

  Ce texte est cosigné par les personnalités musulmanes belges suivantes :
  • Hamid Benichou, Membre de l’Espace Intercommunautaire asbl
  • Olivier Abdessalam Ralet, Président du Collectif pour un Islam d’Ouverture asbl
  • Karima Safia, Présidente de Insoumise et Dévoilée/Karima Safia asbl
  • Hassan Jarfi, Auteur et acteur social
  • Fouad Benyekhlef, Président de Musulmans Progressistes de Belgique asbl
 

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 76 / 644901

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Dialogue   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License