missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Feuilles vertes - Juin 2013

dimanche 23 juin 2013 par G.Verbist, mafr.

* Nouvelles interreligieuses *

- Les autorités ecclésiastiques CATHOLIQUES et ORTHODOXES font appel au respect pour la liberté religieuse

– Ils le soulignent dans une déclaration commune comme résultat de leur concertation à Istanbul à l’occasion du 1.700e anniversaire de l’Édit de Milan. L’appel est signé par le Cardinal Peter Edö et le Métropolite orthodoxe Emmanuel. Le Patriarche Œcuménique Bartholomé I publiait également une encyclique dans laquelle il demande entre autres une attention particulière pour les circonstances de vie des chrétiens en Moyen-Orient. (Kerknet)

- Le Pape François rencontre une délégation venue de la TERRE SAINTE

– Le Patriarche Fouad Twal de Jérusalem a été, le 15 avril, ensemble aves ses évêques auxiliaires et l’Archevêque de Tunis, Mgr. Ilario Antonia, reçu par le Pape. Le Pape a été invité par eux de venir visiter la Terre Sainte. Également le Patriarche Œcuménique Bartholomée I de Constantinople a déjà invité le Pape pour aller visiter ensemble Jérusalem en 2014. (Apic)

- Syrie

– Le Patriarche latin Fouad Twal de Jérusalem insiste pour davantage de soutien humanitaire pour la population Syrienne et les réfugiés Syriens . La paix dans ce pays doit être basée selon lui, sur la vérité et la justice et doit être soutenue par des résolutions internationales, qui reconnaissent le droit à l’autodétermination. « C’est seulement par le dialogue que la stabilité et la sécurité peuvent être réalisées. »

- CHRÉTIENS dans la Terre Sainte aujourd’hui, y a-t-il encore un avenir pour eux ?

C’était le sujet d’une conférence à l’UKLeuven le 21 avril 2013 par notre confrère Frans Bouwen. (Quelques extraits de cette conférence...)

A Jérusalem il y a 13 Eglises qui ont une structure épiscopale : 6 catholiques, 5 orthodoxes, 1 anglicane, 1 luthérienne. Sans compter les nombreuses communautés qui n’ont pas d’évêque : réformés, baptistes, églises pentecôtistes et évangélistes... L’origine est double : toutes veulent avoir une représentation sur les lieux saints, et il y a également l’activité missionnaire des derniers siècles.

Les relations œcuméniques – Il y a maintenant une confiance et une bonne entente réciproque croissantes... chaque année elles publient un message commun pour Noël et Pâques... Dans presque toutes les familles chrétiennes on trouve des mariages mixtes, surtout entre catholiques et orthodoxes.

Relations avec les musulmans – On peut affirmer que les relations entre Palestiniens chrétiens et musulmans sont traditionnellement bonnes... Ils appartiennent au même peuple, parlent la même langue, ont une culture et une histoire communes... Les relations entre Hamas et les responsables chrétiens sont encore relativement bonnes. Par exemple : plusieurs dirigeants du Hamas ont leurs enfants dans les écoles catholiques de Gaza... Il existe également des groupes qui ont le dialogue comme objectif : le dialogue qui est mené n’est pas explicitement un dialogue religieux. On l’appelle « dialogue de la vie », comment mieux vivre ensemble ? travailler ensemble ? Deux principes sont, d’après moi, d’une importance fondamentale : avoir le courage de dire la vérité et avoir du respect pour les autres.

En Israël même les chrétiens Arabes ont la citoyenneté Israélienne et donc en principe également les mêmes droits. En fait, ce sont des citoyens de second rang, ensemble avec leurs concitoyens musulmans.

Émigration – On parle beaucoup de l’émigration de chrétiens qui quittent la Terre Sainte... parfois d’une façon dramatique... Après avoir longuement réfléchi, je suis personnellement plutôt d’avis de dire que les dernières années (depuis ’80) les chiffres absolus de chrétiens Arabes restent environ les mêmes. Ce qui veut dire que la croissance naturelle émigre... il s’agit ici de chrétiens Arabes, et non d’immigrants de l’ex-Union Soviétique ou de chrétiens travailleurs immigrés ou de chercheurs d’asile... La religion n’y joue qu’un rôle secondaire ; les raisons principales de leur départ sont la situation économique, le manque de liberté politique, l’absence de perspectives pour l’avenir.

Que peuvent faire les Églises pour freiner cette émigration ? - Si quelqu’un dispose d’une maison, d’un travail et d’une école pour ses enfants, il ne pense pas si vite à émigrer. Mais quand un de ces trois aspects manque, il va à la recherche ailleurs. Les Églises font des efforts énormes au niveau des écoles.

Une formation des chrétiens est très importante : les aider à découvrir qu’ils ont une vocation dans leur pays d’origine, comme citoyens et comme chrétiens. Mais ce n’est pas toujours une vocation facile...Personne ne peut y être obligé, chacun doit le choisir personnellement. Voilà une tâche importante pour nos Eglises. C’est là que se situe le véritable avenir des chrétiens dans la Terre Sainte  : dans un choix libre et conscient...

En même temps, les chrétiens palestiniens sont convaincus que l’absence d’une solution de la question palestinienne est la cause principale de l’instabilité actuelle qui règne dans le Moyen-Orient.

* Saint François d’Assise, un saint de notre temps. *

LIVRE :

« Saint François et le Sultan »
par Gwenolé Jeusset, ofm.
Edit. Albin Michel, 2006.

La pertinence de ce livre consacré à la rencontre de saint François avec le Sultan d’Égypte Malik el-Kamil est soulignée par le double fait de la nécessité du dialogue entre cultures et religions dans nos jours et le choix du nom de François pour le nouveau Pape.

« Pour le franciscain qu’est Gwenolé Jeusset,’Dieu est courtoisie’, l’histoire du Poverello, qui a rencontré le neveu de Saladin, en est l’application... La toile de fond est la 5e croisade. François arrive à Damiette en juillet 1219. En août il franchit les lignes, accompagné de quelques frères... Il a des entretiens avec le Sultan sur leur foi respective, chrétienne et musulmane. A la même époque, des missionnaires chrétiens étaient mis à mort au Maroc à cause de leurs propos offensifs et offensants à l’égard de la religion musulmane. François meurt le 4 octobre 1226, et malgré une canonisation rapide, l’interprétation de la rencontre avec le Sultan serait déformée par les Franciscains et l’Église en général, comme nous le montre l’auteur du livre. »

(commentaire de l’éditeur du livre) (ARCRE, mafr)
 

Le Pape François visitera Assise le 4 octobre 2013, fête de Saint François.

- VISITE DE PENTECÔTE à trois communautés religieuses à Ixelles(Bruxelles).

– Quelque septante participants (Hugo Mertens et Philippe de Dorlodot étaient parmi eux) de diverses communautés linguistiques et religieuses ont participé au pèlerinage interreligieux annuel à Bruxelles. Ont été visités : la Tradition Arménienne-Apostolique, dans l’église Sainte Marie-Madeleine ; le Centre Tibétain des Bouddhistes, dans la rue Livorno ; les musulmans du groupe Mouride, confrérie du Sénégal. (Kerknet)

- 854 Missionnaires belges travaillent à l’étranger

– Ils sont 606 pères et frères et 248 soeurs. A côté d’eux il y a également 84 prêtres diocésains (Fidei Donum) dans le Sud, surtout en Amérique Latine. Les Pères de Scheut toujours en tête, suivis par les Pères Blancs et les Jésuites. Également des Salésiens de Don Bosco et des Oblats de Marie qui sont encore nombreux.

Chez les religieuses ce sont les Soeurs de la Chasse (de Jacht) ainsi que les Soeurs Franciscaines-Missionnaires qui sont les plus nombreuses. Le Congo reste le pays de mission le plus important, suivi par le Brésil. Puis nous avons le Chili, les Philippines, le Rwanda, le Japon et l’Afrique du Sud. (Kerk en Leven – Kerknet 23.05.13.)

- Bouddhisme

– L’actuel dalaï-lama a annoncé sa démission en mars 2011. Pour les Tibétains il est un protecteur du Tibet. Après la mort du 13e (1933), sa réincarnation fut trouvée (un garçon de 2 ans). C’est l’actuel, intronisé en 1940, sous le nom de Tenzin Gyatso. En 1959 il doit fuir à cause de l’invasion des Chinois. Il a aujourd’hui 79 ans. Il vit à l’étranger. Il a déclaré qu’il déciderait lui-même de sa “réincarnation”. (La Croix)

« Tout ce qui est désaccord me fait de la peine »
raconte le Pape François.
Il demande à Dieu
de lui accorder un cœur doux et miséricordieux.
Notre être et notre agir, il le résume en trois mots :

S’il vous plaît, Merci, Pardon.

(Bert Claerhout)
G.Verbist, mafr.
GROUPE RENCONTRE
 

Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 120 / 582713

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Dialogue   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License