missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°66 Breuklijnen

Décembre - December 2012
vendredi 28 décembre 2012 par J.V.

 ALIMENTATION : Comment nourrir la future population mondiale ?

Accrochez-vous : un article ardu mais fort intéressant

LONDRES, 13 décembre 2012 (IRIN) - Selon les scientifiques, la planète comptera en 2050 neuf milliards de bouches à nourrir. Or, à mesure que la population se multiplie, la température sur la terre augmente elle aussi. Selon les prévisions, celle-ci devrait atteindre quatre degrés Celsius supplémentaires d’ici la fin du siècle, ce qui risque de bouleverser la production alimentaire mondiale.

Des agronomes, des scientifiques, des hommes d’affaires, des lobbyistes et des dirigeants se sont réunis cette semaine à Chatham House, à Londres, afin de discuter des différentes manières, s’il en est, de nourrir la population mondiale croissante sans porter atteinte aux ressources de la planète.

Peut-on parler de pénurie alimentaire ?

Selon certains participants, la production alimentaire actuelle pourrait suffire à nourrir toute la population, si elle était mieux gérée. Ils ont ainsi fait remarquer que d’énormes quantités de denrées consommables étaient utilisées pour nourrir des élevages ou produire des agrocarburants, pourrissaient lors de leur stockage ou étaient jetées. « Un tiers des aliments produits est cependant jeté. Cinquante-sept pour cent de la nourriture produite ne sont pas consommés. Il y a suffisamment de nourriture pour toutes les bouches. Le problème, c’est l’accès à cette nourriture. »

La disponibilité alimentaire et l’accès à la nourriture dépendent en bien des manières des habitudes de consommation. Il est bien connu que les régimes riches en viande requièrent d’importantes ressources. En effet, de grandes quantités de céréales et de terres sont réservées à l’élevage plutôt qu’aux cultures alimentaires. Un intervenant à Chatham House est même allé jusqu’à qualifier les vaches et les moutons de « technologies inefficaces, obsolètes » pour transformer la nourriture en viande.

Or, lorsque les populations s’enrichissent, elles ont tendance à manger plus de viande. Ainsi, la Chine utilise de plus en plus de céréales et de soja pour l’élevage afin de répondre à la demande croissante de viande et de produits laitiers.

Manger ses légumes

Bien sûr, la population pourrait simplement manger moins de viande.
Des études ont révélé que pour atteindre une réduction des émissions de gaz à effet de serre suffisante, les Britanniques devraient consommer deux fois plus de légumes et nettement moins de viande qu’actuellement.

L’auteure principale du rapport, Alice Bows, a dit à IRIN : « L’objectif de réduire les émissions afin de limiter [le réchauffement climatique] à deux degrés est si difficile à atteindre qu’il est impossible d’y parvenir en se contentant de pousser la population dans la bonne direction. Il faudrait mettre en place tout un ensemble de politiques, de règlementations et de normes, régissant toute la chaîne alimentaire, de la production à la consommation. »

Il serait possible, en théorie, de persuader toute la population de devenir végétarienne, d’éliminer les pertes alimentaires et le gaspillage ou de redistribuer la nourriture. Cependant, chacune de ces options se heurte à des obstacles de taille. En réalité, selon d’autres intervenants, une intensification durable de l’agriculture serait plus efficace et plus facile à accomplir.

Intensification durable

Les partisans d’une intensification durable de l’agriculture voudraient résoudre le problème de l’alimentation par le biais de la science. Ils proposent par exemple de produire des races de bétail plus productives en viande et en lait.

Il existe déjà des poulets pouvant atteindre 1,8 kg avec 2,9 kg de nourriture, soit un taux de conversion de 1,6. Une volaille classique devrait en revanche consommer 7,2 kg de nourriture pour atteindre le même poids. Les scientifiques espèrent réduire le taux de conversion à 1,2 au cours des prochaines années.

D’autres experts sont allés plus loin en essayant de supprimer progressivement les « technologies obsolètes » que sont les animaux de ferme pour les remplacer par une production de viande en laboratoire à l’aide de cellules souches musculaires. Reste à savoir combien coûterait ce procédé et si les gens en mangeraient.

Toutes les idées présentées ne recouraient toutefois pas à la haute technologie. Certaines pouvaient même être appliquées dans de petites exploitations agricoles. La technique du non-labour permettrait par exemple d’augmenter la production et de réduire les intrants. En appliquant un « dosage » ciblé des engrais à chaque plante, il est possible d’utiliser moins d’engrais qu’en traitant des champs entiers, ce qui limite les coûts, l’énergie et l’impact sur l’environnement. Il est également plus efficace d’appliquer des pesticides sur les semences plutôt que de vaporiser toutes les cultures.

Des agronomes cherchent également à produire de meilleures variétés de plantes qui seraient notamment plus résistantes aux sécheresses, plus tolérantes au sel et plus nutritives. Si certaines de ces variétés sont produites par des géants de l’agrobusiness à des fins lucratives, d’autres sont créées par des instituts de recherche publics, aussi bien dans des pays développés que dans des pays en voie de développement.

Certaines de ces améliorations peuvent être réalisées grâce à des méthodes de sélection classiques, sans modification génétique, mais ce n’est pas le cas pour toutes.

Gordon Conway, de l’Imperial College de Londres, a dit à IRIN que la modification génétique serait nécessaire pour ce qu’il considère comme l’amélioration la plus importante de toutes : la production de plantes nécessitant moins d’engrais. « Les engrais chimiques coûtent non seulement de plus en plus cher, mais ils dégagent également des gaz à effet de serre. D’un autre côté, le fumier émet lui aussi de tels gaz. Si nous voulons produire plus de nourriture à l’avenir, nous devons donc trouver comment faire en sorte que les plantes captent elles-mêmes l’azote présent dans l’atmosphère et le fixent pour l’utiliser selon leurs besoins. Voilà notre Saint-Graal », a-t-il dit. « Je ne pense pas que l’on puisse y parvenir grâce à la sélection. Il faut trouver une manière d’avoir des bactéries fixatrices d’azote dans les racines des céréales [...] et cela sera difficile à faire génétiquement. Nous n’y parviendrons peut-être pas avant une vingtaine d’années. »

La conclusion générale est qu’il n’existe pas de remède miracle, de solution unique au problème de l’alimentation dans le monde. Il faudra au contraire mettre en pratique différentes idées, traditionnelles pour certaines, plus futuristes pour d’autres, à petite ou à grande échelle. Il faudra également conduire des recherches, diffuser les connaissances et développer les chaînes d’approvisionnement et les organes de financement pour permettre à tous les agriculteurs d’avoir une activité aussi rentable et productive que possible.


Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 343 / 846052

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License