missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Brisons les chaînes !

125e anniversaire de la campagne anti-esclavagiste
dimanche 24 juin 2012 par Webmaster
Missionnaires d’Afrique
Via Aurelia 269
C.P. 9078
00100 Roma, ITALIA
Sœurs Missionnaires
de Notre Dame d’Afrique
Viale Trenta Aprile 15
00153 Roma, ITALIA

Rome, le 14 juin 2012


Prot. 12 1100 (F)

Objet : 125e anniversaire de la campagne anti-esclavagiste - SMNDA & M.Afr.

Chères sœurs, chers frères,

Paix et joie à vous tous qui faites partie de la famille Lavigerie : Les Sœurs Missionnaires de Notre Dame d’Afrique, les Missionnaires d’Afrique, les membres associés, les novices, les postulants, les candidats, les amis et bienfaiteurs des deux Instituts.

Nous vous saluons, où que vous soyez, vous qui travaillez à la liberté de nos frères et sœurs en humanité, qui avez une passion pour l’humanité et qui la démontrez par vos actions. C’est avec vous tous que nous souhaitons commencer cette année de célébration de l’anniversaire des 125 ans de la campagne antiesclavagiste du cardinal Charles Martial Lavigerie, notre fondateur. Avec l’encouragement et la bénédiction du Pape Léon XIII, il se joignit à la campagne mondiale pour l’abolition du commerce des esclaves en général, et en Afrique en particulier.

En 1888, le cardinal Lavigerie ne limita point son audience et son appel aux catholiques et croyants seulement mais il l’étendit à toute personne de bonne volonté : «  l’esclavage, tel qu’il se pratique en Afrique, n’est pas seulement, en effet, contraire à l’Evangile, il est contraire au droit de la nature…Or, les lois de la nature ne regardent pas seulement les chrétiens, elles intéressent tous les hommes. Voilà pourquoi je fais appel à tous, sans distinction de nationalités, ni de partis, ni de confessions religieuses. Je ne m’adresse pas seulement à la foi, je m’adresse à la raison, à la justice, au respect, à l’amour de la liberté. » (L’église du Gesù, Rome, le 23 décembre 1888).

C’est pourquoi nous voulons vivre cette année de célébration ensemble avec les membres de nos Églises locales, avec d’autres Églises chrétiennes ainsi qu’avec des personnes d’autres cultures et religions. Pour nous tous, les paroles du cardinal Lavigerie continuent de résonner et d’être une source d’inspiration :

« Je suis un homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger…Je suis un homme, l’injustice envers d’autres hommes révolte mon cœur. Je suis un homme, l’oppression indigne ma nature….Je suis un homme et ce que je voudrais que l’on fît pour me rendre la liberté, l’honneur, les liens sacrés de la famille, je veux le faire pour rendre aux fils de cette race infortunée la famille, l’honneur, la liberté.  »

(Lavigerie, église du Gesù, Rome, 23 décembre 1888).

Cette campagne conduisit le Cardinal Lavigerie dans beaucoup de villes européennes avec le but de susciter une prise de conscience suffisante pour éradiquer les diverses formes d’esclavage. La devise de cette campagne a été extraite de son discours dans l’église du Gesù à Rome : « Je suis un homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger. »

Il est donc approprié d’ouvrir officiellement cette année de célébration à l’église du Gesù à Rome le 11 novembre 2012, en la fête de Saint Martin de Tours, un évêque missionnaire très admiré par le Cardinal Lavigerie. La cérémonie de clôture aura lieu à Ouagadougou, Burkina Faso, le 8 septembre 2013. Pourquoi le Burkina Faso ? L ‘Afrique a beaucoup souffert du commerce d’esclaves. La campagne antiesclavagiste du cardinal Lavigerie s’appuyait sur le travail des missionnaires en Afrique qui lui envoyaient des rapports détaillés sur ce qui s’y passait. Ils faisaient aussi tout ce qu’ils pouvaient pour délivrer des esclaves et pour influencer les autorités locales. Le 8 septembre est la fête de la naissance de Notre Dame et, aussi, la naissance des Sœurs Missionnaires de Notre Dame d’Afrique en 1869. Célébrer une naissance, c’est célébrer une vie nouvelle. Nous ne voulons pas que cette célébration soit seulement une autre commémoration de plus avec un effet transitoire dans nos vies. Pour les Missionnaires d’Afrique, la célébration de clôture coïncidera avec le Conseil plénier de 2013 qui aura lieu à Ouagadougou.

Le second Synode africain et les Chapitres généraux de nos deux Instituts ont souligné l’importance de travailler pour la justice, la paix et l’intégrité de la création où que nous soyons et quoi que nous fassions. Nous voulons utiliser cette année de célébration pour provoquer une plus grande sensibilisation aux formes d’esclavage d’aujourd’hui. Des documents seront envoyés pour nous aider à réfléchir sur des sujets tels que les droits humains en Afrique, la pauvreté, le « grignotage » des terres, le trafic d’humains et le travail des enfants. Savoir ce qui arrive à tellement de nos frères et sœurs en humanité nous conduit à nous indigner et à nous engager de tout cœur avec tous ceux qui voudraient que le cardinal Lavigerie continue de crier : « Je suis un homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

Tout au long de cette année, nous vous invitons à être créatifs en organisant des célébrations et réflexions et en décidant quelques actions concrètes pour combattre des systèmes actuels injustes.

Notre action peut prendre la forme d’un plaidoyer comme celle d’un engagement dans la vie quotidienne pour abolir esclavages et souffrances de toute sorte. Elle a aussi besoin de prendre la forme de la prière. Nous avons besoin de « prendre d’assaut le ciel » comme le fit le cardinal Lavigerie dans sa prière d’intercession à Notre Dame d’Afrique : « Marie, nous vous avons proclamée ici Reine de l’Afrique, il y a de cela vingt-cinq ans, et l’Afrique a compté sur votre protection. Qu’avez-vous fait pour elle ? Et comment souffrez-vous encore de telles horreurs ? N’êtes-vous Reine que pour régner sur des cadavres ? N’êtes-vous Mère que pour oublier vos enfants ? Il faut que cela finisse ! » (Alger, le 2 février 1889).

Que cette célébration soit une action de grâce pour la nouvelle vie générée par la campagne antiesclavagiste du cardinal Lavigerie ! Puisse cette commémoration donner naissance à de nouveaux efforts en vue d’éradiquer les formes d’esclavage d’aujourd’hui ! Puissent les actions entreprises ensemble avec d’autres personnes partageant le même objectif nous acheminer vers un monde où la dignité de chacun est respectée ! Puissions-nous hâter le jour qui verra l’amour universel de Dieu pour la terre et tout le cosmos devenir une réalité vécue par chacun !

P. Richard K. Baawobr, M.Afr
Supérieur général
  Sr. Carmen Sammut, MSOLA
Supérieure générale

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 188 / 617441

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Témoignages - Actualités   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License